Un tableau "laid et abîmé" estimé à 20 euros, vendu 20 000 euros aux enchères

8 mars 2021 à 14h40 par Julia Maz-Loumides

En Haute-Garonne, au château de Lasserre à Montastruc-la-Conseillère, un tableau a été vendu 1 000 fois son prix lors d’une vente aux enchères en ligne. Une œuvre sortie d’un grenier estimée à 20 euros.

ALOUETTE
L'art est subjectif...
Crédit: Pixabay

"Très sincèrement, après expertise, ça valait tout sauf cette somme", s’est étonné Stanislas Machoïr, le commissaire-priseur du château de Lasserre, interviewé par La Dépêche du Midi ce samedi 6 mars. Lors d’une vente aux enchères en ligne, l’homme a vu s’affronter un Américain et un Anglais pour un tableau "laid" et "déchiré".

Récupéré au fond d’un grenier, le tableau a été estimé à 20 euros avant d’être proposé en ligne. "Une chose est sûre, nous avions été étonnés de voir comment en 20 minutes la vente s’est emballée. On est passé à 30 euros, puis à 50 euros, et vite à 3 000 euros… Là, je me suis dit chouette ! Puis, ça a continué… 9 000 euros, 15 000 euros, et au final 20 000 euros", conclut le commissaire-priseur.

Après un combat acharné entre un Américain et un Anglais, c’est finalement ce dernier qui a eu gain de cause. Pour Stanislas Machoïr "cette affaire est très étrange". Pour lui, même si ce genre de tableau "fait par un peintre amateur" est populaire en Amérique du Sud, lieu où l’œuvre sera envoyée, cette vente est inexplicable.

"Bref, ne me demandez pas une analyse très rationnelle, je ne suis pas sûr qu’il y en ait une, surtout quand je vois que de vraies œuvres magnifiques ont du mal parfois à trouver preneur…" confie-t-il à nos confrères.

Pour l’expert, deux raisons expliqueraient cet engouement : l’acheteur pourrait revendre le tableau en Amérique du Sud et réaliser une bonne marge, et, avec la démocratisation des enchères en ligne depuis un an "il y a une surenchère qui ne se déroule pas du tout comme en présentiel", précise-t-il au média.