Un trafic international de civelles démantelé en Loire-Atlantique

2 juin 2016 à 15h17 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Le communiqu� de la gendarmerie :  Depuis novembre 2015, le groupement de gendarmerie d�partementale (GGD) de la Loire Atlantique (44), le groupe d'intervention r�gionale (GIR) de Nantes, l'Office central de lutte contre les atteintes � l'environnement et � la sant� publique (OCLAESP), et la gendarmerie maritime sont co-saisis dans le cadre d'une enqu�te ouverte pour trafic de civelles dans le d�partement. Au cours de deux op�rations judiciaires 9 personnes ont �t� interpell�es mettant un terme � cet important trafic estim� � plusieurs centaines de milliers d'euros.

 

En novembre 2015, une enqu�te est ouverte sur un trafic d'esp�ces prot�g�es (civelles) auquel se livreraient des mareyeurs et des p�cheurs professionnels �tablis en Loire-Atlantique. La participation d'une soci�t� du Pays-Basque espagnol, important mareyeur local, est fortement suspect�e. Les investigations des gendarmes laissent appara�tre que des personnes travaillant pour une soci�t�, s'adonnent au trafic de civelles sous couvert de l'entreprise. Il ressort notamment qu'ils ach�tent le poisson ill�galement � des p�cheurs professionnels ainsi qu'� des braconniers appartenant � la communaut� des gens du voyage pour ensuite le revendre principalement en Espagne.
 

Face � ce constat, une information judiciaire est ouverte fin janvier                2016. L'enqu�te est alors confi�e au groupement de gendarmerie d�partementale de la Loire Atlantique co-saisi avec le groupe d'intervention r�gionale de Nantes, l'Office central de lutte contre les atteintes � l'environnement et � la sant� publique et la gendarmerie maritime r�unis en un groupe de travail d�di� baptis� � Civelles 44 �. Ces unit�s ont �t� appuy�es durant l'enqu�te par les Affaires Maritimes et l'office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA).

Les investigations ainsi que l'important travail d'analyse criminelle des enqu�teurs ont permis d'identifier les suspects et de mat�rialiser, entre f�vrier et avril 2016, plusieurs livraisons ill�gales � destination du Pays-Basque espagnol. Au cours de chacun de ces voyages, 100 � 150 kgs de civelles pour un prix variant de 200 � 300?/KG ont �t� livr�s soit un pr�judice de plusieurs centaines de milliers d'euros.

A la lumi�res de ces �l�ments une premi�re op�ration judiciaire a �t� men�e le 19 avril dernier afin de porter un coup d'arr�t � ce trafic. La g�rante de la soci�t� ainsi que son conjoint et le fils de ce dernier ont �t� interpell�s. A cette occasion, des bijoux d'une valeur de 19.000? (montre Rolex, Seiko, bracelet or?), 58.000 ? en num�raire & sur les comptes bancaires, 11 v�hicules (Porsche, Mercedes?) dont 2 motos et un bateau de plaisance pour un montant total d'environ 330.000 ? ont �t� saisis au titre des avoirs criminels lors des perquisitions. A l'issue des gardes � vue, les trois personnes ont �t� mises en examen puis plac�es sous contr�le judiciaire.

Ce 31                mai 2016, une seconde phase a �t� d�clench�e contre les braconniers et p�cheurs professionnels sp�cialis�s dans la p�che de la civelle. 140 personnels d� �tre mobilis�s pour l'interpellation de 6 personnes �g�es entre 26 et 65 ans dont 5 membres d'une m�me famille (p�re, m�re, fils et gendre). Au cours des perquisitions, 2 v�hicules dont un Land Rover, 269.320 ? en num�raire & sur les comptes bancaires, 124 kg d'anguilles et 2kg600 de civelles ont �t� saisis pour un montant total d'environ 315.000 ?.

A l'issue des gardes � vue, cinq suspects ont �t� mis en cause et plac�s sous contr�le judiciaire pour trafic d'esp�ces prot�g�es en bande organis�e, travail dissimul� et blanchiment. Certains, d�j� connus de la Justice pour des faits de braconnage, sont convoqu�s le 28 juin prochain au tribunal de Nantes.

L'implication des gendarmes*, tant dans les investigations que lors des interpellations, a permis ce r�sultat exceptionnel au plan national, qui met un terme � ce trafic international de la civelle, la plus importante saisie d'avoirs criminels jamais r�alis�e en France par la gendarmerie dans ce domaine (plus de 645.000 ?).

 

Pour m�moire, la r�gion de gendarmerie des Pays de la Loire avait sign�, le 9 f�vrier dernier, un protocole-cadre avec la d�l�gation interr�gionale de Bretagne-Pays-de-la-Loire de l'office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA). Il visait � formaliser la coop�ration fructueuse qui s'est institu�e entre la gendarmerie et l'ONEMA et qui contribue � lutter contre ce type de trafic pr�judiciaible � l'environnement.

 

* Unit�s engag�es :

Groupement de gendarmerie d�partementale de la Loire Atlantique (compagnie de gendarmerie d�partementale de Nantes et Rez�, Peloton de surveillance et d'intervention gendarmerie (PSIG) de Nantes, Rez�, Pornic et Ancenis, �quipes cynophiles de la r�gion, brigade nautique de Pornic) ;

Groupe d'intervention r�gionale de Nantes ; Office central de lutte contre les atteintes � l'environnement et � la sant� publique ; gendarmerie maritime ; Office national de l'eau et des milieux aquatiques ; Affaires maritimes ; Escadron de gendarmerie mobile de Pontivy.