Vaccins contre le Covid-19 : une conservation au froid qui pose problème ?

16 novembre 2020 à 10h11 par Arnaud Laurenti

Si de nombreux pays ont déjà prévu de mener de vastes campagnes de vaccination, le transport et la conservation de certains vaccins relèvent du défi logistique. Le vaccin de Pfizer doit notamment être conservé à -70°C.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Si le monde sait gérer des campagnes massives de vaccination depuis des décennies, contre la rougeole ou la grippe, trois contraintes simultanées compliquent la tâche: la compression du calendrier, le fait que la plupart des vaccins nécessiteront deux doses, et la réfrigération à basse voire très basse température de certains vaccins : -70°C pour celui développé par Pfizer et l'Allemand BioNTech, en bonne voie pour être le premier autorisé aux Etats-Unis, contre +2 à 8°C (température d'un réfrigérateur) pour les vaccins antigrippaux.

Des boîtes de transport spéciales

Aux Etats-Unis, tout partira pour Pfizer de l'usine de remplissage final à Kalamazoo, dans le Michigan (une autre est à Puurs en Belgique). Le groupe a créé des boîtes d'expédition spéciales, de 40x40x56 cm, remplies de glace sèche. Chaque carton aura 975 flacons contenant 5 doses, soit 4 875 doses.

Six camions quitteront Kalamazoo tous les jours pour remettre les doses aux transporteurs aériens (Fedex, UPS, DHL...), et livrer vite : un ou deux jours aux Etats-Unis, et trois jours mondialement, dit Pfizer à l'AFP. 20 vols cargo quotidiens expédieront les futures doses dans le monde.

À destination, chaque boîte ne pourra être ouverte brièvement que deux fois par jour.

"Cela conviendra à des grands centres de vaccination", dit à l'AFP Julie Swann, experte de la réponse aux pandémies à l'université NC State. Ce vaccin-là ne conviendra pas aux cabinets de médecins ou aux pharmacies.

Au début, les Américains devront donc probablement se rendre dans des hôpitaux et peut-être sur de grands parkings, comme pour les tests aujourd'hui, dit-elle.

Précision importante : les doses pourront rester deux semaines dans leur boîte réfrigérée. Les hôpitaux n'auront pas besoin de congélateur spécial. "Nous ne recommandons pas aux hôpitaux et aux cliniques d'acheter des équipements ultra-froids", a dit Janell Routh, des Centres de lutte contre les maladies (CDC).

Pfizer pense produire 50 millions de doses cette année et 1,3 milliard en 2021. Les commandes des pays sont déjà passées : 20 à 30 millions à livrer avant fin décembre aux Etats-Unis, 100 millions en tout ; 200 millions à l'Union européenne, 120 millions au Japon, 30 millions au Royaume-Uni, 20 millions au Canada.

Pas besoin de congélateur pour Sanofi

Le vaccin que développe Sanofi contre le Covid-19 pour une diffusion en juin 2021 n'aura pas besoin d'être conservé au congélateur, a indiqué dimanche le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, sur CNews.

Contrairement au vaccin développé par l'Américain Pfizer et l'Allemand BioNTech, qui fait la course en tête mais nécessite des températures très basses (-70°C) pour être conservé, "notre vaccin sera comme le vaccin grippe, vous pouvez le mettre dans votre réfrigérateur", a souligné Olivier Bogillot. "On n'aura pas cet écueil-là, ça va être un avantage pour certains pays".

Le vaccin pourrait être distribué "dès le mois de juin 2021", a indiqué Olivier Bogillot, en donnant des précisions sur le calendrier. Les résultats des essais de phase 2 "sur plusieurs centaines de malades" devraient être rendus publics début décembre et ils ne sont pas "négatifs" pour le moment, a-t-il précisé.

Si ces résultats s'avèrent positifs, Sanofi va lancer les essais de phase 3 "sur plusieurs dizaines de milliers de patients" et prendre le "risque" de "lancer simultanément la production". Les résultats de la phase 3 devraient ensuite être publiés au mois de mai. Le laboratoire ne sait pas encore s'il faudra "une ou deux doses" pour que le vaccin soit efficace.

(avec AFP)