Vienne : le violeur présumé d'une fillette aurait aussi agressé une joggeuse

23 septembre 2020 à 6h35 par Fabienne Lacroix

Un homme en garde à vue à Saumur (Maine-et-Loire) pour le viol d'une septuagénaire, également soupçonné d'avoir enlevé et violé une fillette de 9 ans dimanche dans la Vienne, avait agressé une joggeuse peu avant de s'en prendre à la fillette, a révélé mardi le procureur de Poitiers.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Michel Garandeaux a expliqué devant la presse que cet homme de 31 ans avait tenté de faire monter de force dans sa voiture une femme qui faisait son jogging dimanche matin à Varennes (Vienne). Celle-ci s'est débattue et a pu s'échapper.

Environ une heure plus tard, à quelques km de là, à Villiers (Vienne), l'homme est soupçonné d'avoir enlevé une fillette de 9 ans qui sortait de la boulangerie, de l'avoir mise dans le coffre de sa voiture avant de la conduire dans un champ non loin. Il l'a frappée au visage, violée et est reparti en voiture sans elle. La fillette est rentrée à pied au village, selon le procureur de Poitiers.

Informations précises

"La joggeuse a relevé le numéro d'immatriculation de la voiture" et la fillette "a donné des informations très précises sur la description de l'individu et de la voiture", a expliqué M. Garandeaux. "C'est notamment grâce à son témoignage que les enquêteurs ont pu avancer rapidement dans cette affaire."

La voiture utilisée par le suspect a finalement conduit à son interpellation lundi à Saumur, ainsi qu'à celle d'un homme de 27 ans qui se trouvait aussi à bord.

Selon le procureur d'Angers Eric Bouillard à l'AFP, le suspect de 31 ans avait frappé vendredi vers 18H30 chez une femme de 74 ans à Varennes-sur-Loire (Maine-et-Loire), près de Saumur, qui lui a ouvert. Il l'a violée et est ensuite parti avec "la voiture et les moyens de paiement de cette dame", qui a "donné une description très précise" de l'agresseur.

Des recherches ont été menées pendant le week-end puis les enquêteurs ont échangé avec leurs homologues de la Vienne "sur les faits qui se sont déroulés à Poitiers" dimanche.

Lundi, le véhicule, repéré près de Saumur, a été "intercepté par la police dans Saumur", a expliqué M. Bouillard.

Depuis, les deux hommes sont en en garde à vue pour les faits commis dans le Maine-et-Loire.

"Le lien entre les deux affaires (Saumur et Poitiers) n'était pas formellement établi" mardi soir, a indiqué à l'AFP le procureur d'Angers mais les échanges se poursuivent avec les enquêteurs de Poitiers.

Un casier judiciaire déjà rempli

Selon M. Bouillard, le suspect, sorti de détention fin 2019 pour des faits sans rapport avec ce qui lui est actuellement reproché, "ne reconnaît qu'une très légère partie des faits", à savoir la voiture volée.

D'après le procureur de Poitiers, cet homme qui appartient à la communauté des gens du voyage a été condamné à 18 reprises pour faits de violences, vols, trafics de stupéfiants et un homicide involontaire dans une affaire de circulation routière mais pas pour agression sexuelle.

Il fait toutefois l'objet de deux enquêtes pour des affaires à caractère sexuel intra familial, selon M. Garandeaux. Il sera entendu par les enquêteurs poitevins sur les faits commis dans la Vienne après sa présentation mercredi à un juge d'instruction à Angers.

D'après M. Garandeaux à Poitiers, le second suspect en garde à vue à Saumur n'a rien à voir avec les faits commis dans la Vienne et ne sera pas poursuivi à ce titre.

Selon M. Bouillard, cet homme de 27 ans affirme n'avoir retrouvé le suspect principal que lundi, jour de leur arrestation, et n'être au courant de rien.

(AFP)