Stars, hip-hop, suspense et genou à terre : les temps forts du Super Bowl

14 février 2022 à 10h10 par Arnaud Laurenti

La grande messe du football américain a réuni des millions de téléspectateurs et de nombreuses stars ont assuré le show.

Stars, hip-hop, suspense et genou à terre : les temps forts du Super Bowl
Crédit: Capture écran | YouTube | NFL

Un match haletant jusqu'au bout, avec la victoire des Rams (23-20) contre les Bengals, mais aussi le tout show-business au stade, du hip-hop, des publicités et un genou à terre posé par Eminem, le 56e Super Bowl a été riche en temps forts.

 

Pluie de stars à Los Angeles

The Rock sur la pelouse en Monsieur Loyal pour présenter les équipes, Charlize Theron, Jennifer Lopez, Kanye "Ye" West cagoulé, Jay-Z sur le bord du terrain, Matt Damon ou Mark Wahlberg, le Super Bowl sentait bon le glamour !

L'événement sportif le plus suivi aux Etats-Unis était de retour à Los Angeles pour la première fois depuis 29 ans dans l'écrin flambant neuf du SoFi Stadium, et le gratin du show-business s'est déplacé en masse.

 

La "block party" de la mi-temps

Snoop Dogg, Dr Dre et Eminem : quelques-unes des légendes du rap ont déroulé plusieurs de leurs succès, dans un stade euphorique. Le public a même eu droit à l'apparition surprise de 50 Cent, suspendu par les pieds, ainsi qu'au flow percutant du symbole de la nouvelle génération, Kendrick Lamar.

Le tout sur les toits d'une rangée de maisons de plain-pied typiques de Los Angeles, des voitures style "lowrider" (à la carrosserie abaissée) garées devant, avec la voix râpeuse de la chanteuse Mary J Blige en contrepoint.

La réaction enflammée du SoFi Stadium et des réseaux sociaux a rappelé, si besoin était, que le hip-hop était devenu le genre musical dominant aux Etats-Unis. Les titres "The Next Episode" (Dre/Snoop), "California Love" (Dr Dre/2Pac) ou "In Da Club", entonnés dimanche, sont devenus des classiques de la culture américaine.

Le genou d'Eminem se pose à terre

Après avoir gratifié les fans de son tube "Lose Yourself", hymne aux outsiders qui finalement triomphent et trouvaient un écho chez les Bengals que personne n'avait vu venir, le rappeur de Detroit a terminé sa prestation en mettant le genou à terre.

Une référence claire au geste du quarterback et militant Colin Kaepernick, qui avait de la sorte protesté contre les violences policières faites au Noirs aux Etats-Unis et avait déclenché une petite révolution en NFL en 2016, insulte de Donald Trump en prime.

 

Voitures électriques et cryptomonnaies se font de la pub

Le Dr Evil du film "Austin Powers", un robot-chien, Arnold Schwarzenegger en Zeus, les constructeurs n'ont pas lésiné pour promouvoir leurs véhicules électriques. C'est la concrétisation du virage radical qu'a pris récemment l'industrie automobile américaine.

Egalement à l'honneur de la caravane publicitaire du Super Bowl, les géants des cryptomonnaies, avec une mention spéciale pour Crypto.com. La plateforme, qui a récemment fait l'acquisition de l'ex-Staples Center, antre des Lakers dans le Downtown de L.A., a mis en scène la superstar du basket LeBron James dans une rencontre avec le jeune LeBron, recréé par superposition sur le visage du jeune acteur Bentley Green.

Kupp s'élève et délivre les Rams

Il n'est pas le plus rapide, pas le plus puissant, mais le receveur Cooper Kupp sait comment attraper une passe. Il l'a prouvé dimanche, captant, en suspension, un lancer du quarterback Matthew Stafford, à 85 secondes de la fin du match. Repassé devant (22-20), Los Angeles ne devait plus être rejoint après ce "twist" (retournement de situation) digne des films hollywoodiens.

 

(avec AFP)