Bac 2022 : premières épreuves de spécialité, après deux années perturbées par le Covid

9 mai 2022 à 8h19 par Arnaud Laurenti

Les premières épreuves de spécialité débuteront mercredi.

Bac 2022 : premières épreuves de spécialité, après deux années perturbées par le Covid
Crédit: Unsplash

C'est parti pour le Bac 2022, avec des épreuves écrites de spécialité qui se tiennent pour la première fois cette semaine, Covid oblige. Reportées de mars à mai en raison de l'épidémie, elles ne sont pas prises en compte dans Parcoursup.

En 2020, les lycéens de Terminale avaient obtenu - ou pas - leur baccalauréat sur la base de leurs notes en contrôle continu. À cause de la pandémie, les épreuves qui rassemblent souvent des centaines de jeunes au sein des lycées avaient été annulées par le ministère de l'Education.

L'an dernier, le contrôle continu avait représenté au minimum 82% de la note finale de l'examen. La philosophie avait été la seule épreuve écrite de cette session-là (avec le français pour les élèves de Première).

 

Notes pas comptabilisées sur Parcoursup

Début de retour à la normalité en 2022. Mais pas tout à fait puisque les épreuves de spécialité, nées de la réforme du baccalauréat décidée par le ministre Jean-Michel Blanquer et donc jamais encore organisées, ont été reportées de deux mois.

La scolarité bousculée par la crise sanitaire et la charge des programmes pour ces spécialités - les deux matières "majeures" choisies par chaque lycéen en Terminale - faisaient craindre que les élèves ne soient pas prêts à passer les épreuves écrites dès mars.

Le calendrier adopté signifie aussi que les notes des épreuves de spécialité ne sont pas prises en compte dans Parcoursup, la plateforme d'admission dans l'enseignement supérieur, et donc dans les dossiers examinés par les établissements auxquels ont candidaté les futurs bacheliers.

À la place, les dossiers indiqueront les moyennes de spécialités sur les trois trimestres de Première et les deux premiers de Terminale.

Pour ces épreuves écrites, qui se déroulent de mercredi à vendredi en fonction des matières, les sujets ont également été aménagés: les candidats disposeront d'un plus grand choix de questions ou d'exercices. Le programme, lui, reste celui qui était prévu pour mars. Les lundi 9 et mardi 10 mai sont consacrés à la révision du programme des spécialités dans les lycées.

 

"Nouveau bac"

"Au début, j'étais vraiment déçue" que ces épreuves ne soient pas prises en compte dans Parcoursup, déclare Dilara, 17 ans, lycéenne à Clermont-Ferrand, qui révise pour les Maths et la Physique-chimie. "On se disait que c'était un peu notre chance pour se rattraper et avoir des meilleures notes au bac".

"Mais je me dis aussi que ça me permettra peut-être d'avoir une meilleure note que si je les avais passées en février", ajoute-t-elle. Et malgré un enjeu moindre, elle avoue: "On est tous un peu stressés, surtout que ça fait deux ans que le bac n'a pas eu lieu, et qu'en plus c'est le nouveau bac".

Car si les notes de ces épreuves écrites ne rentreront pas dans Parcoursup, il s'agit aussi, tout simplement, d'avoir le bac, sésame pour des études supérieures.

Or ces épreuves de spécialité sont dotées d'un fort coefficient dans la note finale du bac. Parmi elles : Arts, Histoire-géographie, Géopolitique et sciences politiques, Humanités, Littérature et philosophie, Mathématiques, Numérique et sciences informatiques, Physique-chimie ou encore Sciences économiques et sociales.

Depuis la réforme du baccalauréat en 2019, la note du baccalauréat repose à 40% sur du contrôle continu et à 60% sur des épreuves terminales (le français écrit et oral, passé en classe de Première, la philosophie, les épreuves de spécialités et le grand oral, passés en Terminale).

Des premières épreuves appelées à l'époque "E3C" (pour épreuves communes de contrôle continu) avaient eu lieu dans le cadre du nouveau bac en février 2020, juste avant le premier confinement au début de la pandémie de Covid-19. Mais elles s'étaient traduites par le blocage de dizaines d'établissements dans l'Hexagone et en outre-mer, et par le report d'épreuves dans des dizaines d'établissements.

 

(avec AFP)