Fin des emballages plastiques pour certains fruits et légumes

11 octobre 2021 à 9h06 par Arnaud Laurenti

Comme le prévoit la loi anti-gaspillage, les plastiques à usage unique devront disparaître d'ici 2040. Les emballages de certains fruits et légumes seront concernés dès le 1er janvier 2022.

Légumes
Crédit: Unsplash

Dans le cadre de la loi anti-gaspillage, le "suremballage plastique" des fruits et légumes frais sera interdit à compter du 1er janvier 2022 - à quelques exceptions près. La liste des produits concernés doit être détaillée dans un décret dont la publication est prévue ce mardi 12 octobre au Journal officiel.

 

Première exception : les lots de 1,5 kilos ou plus ne seront pas concernés afin du temps pour trouver une alternative aux emballages plastiques.

Autre exception : les emballages plastiques seront tolérés jusqu'au 30 juin 2023 pour les tomates côtelées et allongées segment coeur, oignons et navets nouveaux/primeurs, petits fruits ronds comme les tomates cerises ou le raison, choux de Bruxelles, haricots verts, pêches, nectarines et abricots.

La mesure n'appliquera qu'à partir du 31 décembre 2024 pour la salade, les épinards, les endives, les champignons, les pommes de terre et carottes primeur, les cerises ou encore les brocolis.

Enfin, dernière exception : les fraises, framboises, myrtilles, mûres, groseilles, cassis, surelles, surettes, graines et germes, et les fruits mûrs à point, ne seront concernés par la fin du suremballage plastique qu'à compter du 30 juin 2026.

 

Les produits concernés dès 2022

Selon le JDD, les aliments concernés dès le 1er janvier 2022 sont les suivants :

  • Fruits : pommes, poires, bananes, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la Passion et kakis.
  • Légumes : courgettes, poireaux, poivrons, aubergines, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines.

 

À noter que la loi prévoit également l'interdiction de coller directement une étiquette sur les fruits et légumes dès 2022, sauf si cette étiquette est "compostable et constituée en tout ou partie de matières biosourcées".