La reine Elizabeth II atteinte par le Covid avec des symptômes "légers"

21 février 2022 à 8h16 par Arnaud Laurenti

Àgée de 95 ans, la reine Elizabeth II a été testée positive au Covid-19, avec des symptômes semblables "à ceux d'un rhume".

La reine Elizabeth II atteinte par le Covid avec des symptômes "légers"
La Reine Elizabeth II lors de ses voeux en 2020.
Crédit: Archives | BBC

La reine Elizabeth II, 95 ans, a été testée positive au Covid-19 dimanche mais ne présente que des symptômes "légers", a annoncé le palais de Buckingham, suscitant inquiétude et voeux de prompt rétablissement.

La monarque la plus célèbre de la planète, qui vient de passer le cap des 70 ans de règne, un record pour la monarchie britannique, avait rencontré le 8 février son fils le prince Charles, deux jours avant que celui-ci ne soit testé positif.

Dans un communiqué dimanche, le palais de Buckingham a annoncé "que la reine a été testée positive au Covid aujourd'hui".

"Sa Majesté a des symptômes semblables à ceux d'un rhume mais s'attend à poursuivre pendant la semaine qui vient des tâches légères à Windsor", château dont elle a fait son lieu principal de résidence depuis le début de la pandémie, ajoute le texte, se montrant ainsi rassurant. "Elle continuera à recevoir une surveillance médicale et suivra toutes les recommandations appropriées."

Selon les médias britanniques, la reine, qui fêtera ses 96 ans le 21 avril est triplement vaccinée, tout comme son fils et l'épouse de ce dernier, Camilla, également testée positive récemment.

Peu après l'annonce, le palais a publié un message de félicitations de la reine aux équipes britanniques de curling pour leur succès aux JO de Pékin - or pour les femmes, argent pour les hommes - manifestant ainsi que la souveraine est toujours bien aux affaires.

 

"Surveillée de très près"

Le Premier ministre Boris Johnson, qui avait passé plusieurs jours en soins intensifs au printemps 2020 avec le Covid-19, lui a souhaité sur Twitter un "prompt rétablissement et un retour rapide à une bonne santé éclatante". Aux voeux des responsables politiques britanniques se sont par exemple ajoutés ceux du patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus ou du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"La reine est très stoïque", et a "toujours été très positive", a souligné auprès de l'AFP le commentateur royal Richard Fitzwilliams. "Il n'y a aucun doute qu'elle recevra les meilleurs soins possibles", a-t-il ajouté, s'attendant à des nouvelles régulières de la part de Buckingham Palace.

La reine "sera surveillée de très près dans les jours qui viennent", pour ce qui, si tout va bien, "n'est rien de plus qu'une petite gêne", a souligné Joe Little, rédacteur en chef de Majesty Magazine.

La nouvelle, alors que le gouvernement s'apprête à abandonner les dernières restrictions sanitaires, intervient dans un contexte chargé pour la famille royale. Son deuxième fils le prince Andrew a conclu un accord pour mettre un terme à une plainte aux Etats-Unis pour agressions sexuelles et Scotland Yard a ouvert une enquête liée à une fondation du prince Charles.

Chez les Londoniens rencontrés par l'AFP, la nouvelle a été accueillie avec une bienveillance teintée d'inquiétude. "Elle est un symbole de la nation", a souligné Pasquale Morese, chercheur, "elle est un peu fragile", mais "ça devrait aller, on l'espère".

Depuis sa nuit à l'hôpital en octobre, les apparitions de la souveraine étaient devenues rares. Mais le palais avait annoncé récemment une reprise de ses activités publiques, avec notamment une cérémonie le 29 mars à l'Abbaye de Westminster à la mémoire du prince Philip, son époux décédé l'an dernier.

Depuis son entrevue avec son fils, la reine était apparue lors d'une rencontre en personne avec ses attachés militaires, au château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres de Londres.

 

Jubilé de platine

Une vidéo de la rencontre la montrait debout, souriante, portant une robe à motifs, avec une canne dans les mains. "Comme vous pouvez le voir, je ne peux pas bouger", déclarait-elle en montrant son pied ou sa jambe gauche.

Cette apparition de la reine avait donné un signal de nature à calmer les inquiétudes au sujet de son état de santé, particulièrement scruté depuis sa nuit d'hôpital à l'automne pour des examens "préliminaires" dont la nature n'a jamais depuis été précisée.

Les services du prince Charles, 73 ans, avaient annoncé le 10 février que l'héritier de la couronne britannique avait été testé positif au Covid - pour la deuxième fois - et qu'il s'isolait. Il avait rencontré sa mère 48 heures plus tôt.

Quatre jours de festivités sont prévus pour célébrer le jubilé de platine de la reine, qui a passé le 6 février le cap des sept décennies de règne.

 

(avec AFP)