Les discothèques rouvrent et les concerts debout reprennent ce mercredi

15 février 2022 à 12h12 par Arnaud Laurenti

Réouverture des discothèques, retour des concerts debout et des pop corn au cinéma... Le point sur les restrictions qui prennent fin ce mercredi.

Les discothèques rouvrent, les concerts debout reprennent ce mercredi
Crédit: Unsplash

À partir de ce mercredi 16 février, danser en discothèque, boire un verre au bar ou assister à un concert sera à nouveau permis en France.

Alors que la Belgique attendra vendredi et l'Allemagne jusqu'au 4 mars pour rouvrir clubs et discothèques, la France, qui espère approcher de la fin de la cinquième vague après la déferlante liée au variant Omicron, permettra à ces établissements fermés depuis le 10 décembre d'accueillir à nouveau la fête.

Près de deux ans après le début de la pandémie de Covid-19, alors que le gouvernement envisage la levée du pass vaccinal pour fin mars ou début avril, grâce à une "très nette amélioration" de la situation sanitaire, nombre de restrictions anti-Covid disparaîtront mercredi.

 

Retour du pop corn au cinéma

Manger du pop corn dans une salle de cinéma, un sandwich dans un stade ou un train, ou boire un verre debout au comptoir d'un bar sera à nouveau possible.

Le ministre délégué au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne salue "le professionnalisme et le sérieux du monde de la nuit, parmi les plus pénalisés avec 18 mois de fermeture sur deux ans de crise, qui a été pionnier dans le contrôle du pass sanitaire et le rapprochement avec la pièce d'identité du porteur du pass". "Pour citer Stromae: Alors on danse !", dit-il à l'AFP.

Quant à la reprise des concerts debout, elle est teintée de "beaucoup d'incertitudes", nuance Daniel Colling, président des sociétés d'exploitation des Zénith de Paris, Nantes et Toulouse.

"Il y a eu tellement de reports qu'on se retrouve avec 20% de spectacles en plus en 2022. Mais je pondère tout de suite : on risque de faire moins de recettes car les spectacles ne sont pas fréquentés comme ils le devraient. On observe une chute de 20-25%, et jusqu'à 30%, de la fréquentation pour certains spectacles", précise-t-il.

Aussi "il y a davantage de no-show, c'est-à-dire qu'un spectateur qui a acheté son billet ne vient pas" par "peur du virus", dit M. Colling.

 

(avec AFP)