Avec "La Vitre", une start-up nantaise réinvente la visioconférence !

13 mars 2021 à 7h00 par Julia Maz-Loumides

Une entreprise de Saint-Herblain a créé un outil permettant de communiquer à distance de façon très naturelle. La Vitre offre un échange en face à face, sans connexion à un logiciel, comme si la personne se trouvait dans la pièce.

ALOUETTE
La Vitre est disponible en plusieurs tailles.
Crédit: La Vitre

Anthony Vannier, co-fondateur de La Vitre, a vu les ventes de son invention exploser depuis la généralisation du télétravail. Son outil est fait pour ça. Un écran installé dans une pièce permet de communiquer avec une personne à des centaines ou des milliers de kilomètres simplement en toquant à sa surface. Si l’appelé répond "oui", la visioconférence peut commencer, sinon rien ne se passe. "C’est comme si je toquais à votre porte de bureau", indique Anthony Vannier.

"Vous parlez à des humains, et non à un écran"

Plus besoin de se connecter, d’inviter des participants ou de réserver une salle en ligne, avec La Vitre, la technologie se fait discrète. "On arrive à La Vitre et il suffit d’être devant pour que cela fonctionne", précise le co-fondateur.

"Notre volonté, c’est que lorsque vous faites un échange avec La Vitre, vous parlez à des humains, et non à un écran".

Les possibilités sont multiples : partager du contenu à distance, depuis son ordinateur ou son téléphone, des images, des vidéos et même des objets 3D. Téléconférences, accueil de clients, renseignements de voyageurs dans un aéroport, vente de voiture… De nombreuses sociétés s’en servent déjà pour "rapprocher leurs collaborateurs" de différentes villes voire pays. La start-up imagine aussi des possibilités pour la télémédecine.

D’autres l’utilisent pour des besoins de conciergerie. "Pour l’accueil de visiteurs dans des bâtiments, pour humaniser l’accueil, éviter que le visiteur arrive devant une borne avec un automate. Là il arrive vraiment devant quelqu’un d’humain qui peut répondre un peu plus rapidement et simplement à ses besoins", explique Anthony Vannier.

"On a gagné deux à trois ans sur la prise de conscience"

La Vitre est un produit prêt depuis 2019, mais sa réelle explosion s’est faite depuis le début de la pandémie. Le besoin de communication, même à distance, a créé un réel besoin dans les entreprises. "Je pense qu’on a gagné deux à trois ans sur la prise de conscience", grâce au contexte sanitaire, indique Anthony Vannier.

"On était à Nantes, Paris et Marseille. On avait ce besoin d’être ensemble, de collaborer mais de manière un peu plus réelle, naturelle et humaine. Au fur et à mesure, on a travaillé sur cet outil, sur ce produit. Fin 2018, on a eu quelque chose de montrable, et c’est en 2019 qu’on a créé la société La Vitre, depuis que notre produit est mature et qu’il est sur le marché".

Aujourd’hui, une centaine de Vitres ont été installées dans 13 pays différents. "Cela représente entre 30 et 40 sociétés". Des commandes sont toujours en cours, notamment chez un concessionnaire de voitures.

"Ça a un coût"

"En 2019, il y avait beaucoup d’entreprises qui prenaient La Vitre et qui voyaient tout de suite un retour sur investissement en évitant de faire se déplacer des équipes sur des longs trajets", ajoute le co-fondateur. Un achat conséquent, moins cher tout de même que l’hologramme, qui ne s’adresse pas à tout le monde mais "plutôt aux entreprises, parce que ça a un coût".

la vitre.jpeg (974 KB)

La licence d’utilisation est de 199 euros par mois et par Vitre. À cela s’ajoute un kit composé d’un mini-ordinateur, d’une caméra, d’un boîtier pour la fixer sur le côté de l’écran et d’un micro, pour 1 250 euros. Puis vient l’écran tactile qui va de 3 000 à 7 000 euros en fonction de sa taille : 65, 75 ou 86 pouces. "Il faut compter minimum deux Vitres parce qu’avec une seule on n’a pas l’échange", précise Anthony Vannier. La start-up a également des demandes pour des murs LED : un pan complet muni de cette technologie.

"Là on a fait des tests sur des murs LED de 2 mètres 50 par 4 mètres. On a complètement le fond de la pièce qui est… une autre pièce ! Donc on gagne des mètres carrés assez simplement, c’est une expérience complètement immersive parce qu’on voit tout l’environnement de la personne à distance".

La société, d’une dizaine de salariés, cherche désormais à agrandir son équipe courant 2021. Les locaux sont à Nantes : une production 100% française, et du Grand Ouest !