Beneteau dans la tempête, des fermetures en Vendée

9 septembre 2020 à 6h13 par Arnaud Laurenti

Dans un communiqué, le groupe a annoncé des mesures de réduction de ses capacités de production et des coûts. Un plan qui se traduit par la "mise en sommeil" de deux sites et la fermeture d'un autre, en Vendée.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Frappé de plein fouet par la crise due au Covid-19, le constructeur de bateaux Beneteau a annoncé mardi qu'il pourrait supprimer jusqu'à 1.390 emplois dans le monde, soit un sixième de ses effectifs.

Trois sites à l'arrêt en Vendée

Le groupe vendéen envisage "la fermeture, la cession ou la mise en sommeil de cinq sites sur 24 et une réduction des effectifs comprise entre 710 et 1.390 personnes (...) sur les 8.361 salariés qui étaient présents dans le groupe au 31 août 2019".

L'entreprise indique faire face à un "environnement économique fortement dégradé", avec notamment "les segments de la voile et du moteur inboard (qui) pourraient connaître des baisses de volumes comparables à celles de la crise de 2008/2009".

Le groupe explique avoir ouvert une négociation en vue d'un accord d"activité partielle de longue durée (APLD) ainsi qu'une "procédure d"information-consultation en vue de la mise en oeuvre de plans de sauvegarde de l'emploi" au sein de ses entités. Les salariés impactés par les fermetures pourraient se voir proposer des mesures de mobilité sur d'autres sites.

En Vendée, les usines de Challans et de l'Herbaudière vont être "mises en sommeil" pour une durée indéterminée mais qui pourrait se compter en "années". Les deux sites emploient près de 400 salariés. Le site du Poiré-sur-Vie va fonctionner au ralenti. Concernant la division Habitat du groupe, un site va fermer en France : l'usine de Luçon pourrait cesser son activité d'ici l'année prochaine.

Le groupe indique être en mesure de "ne procéder à aucun licenciement d'opérateurs de production si l'ensemble des collaborateurs concernés acceptent les mesures de mobilité internes qui leur seront proposées". Dans les fonctions supports et bureaux d'étude, les suppressions de postes s'élèveraient de 380 à 460 personnes.

En février, avant la pandémie du coronavirus et la crise économique induite, le groupe prévoyait une croissance de 2% à 4 % de son chiffre d'affaires en 2019-2020 par rapport à l'année précédente.

Il a annoncé début juillet qu'il prévoyait un chiffre d'affaires en baisse de 16 à 18%. Dans son communiqué, Beneteau affirme que son activité au dernier trimestre "aura été légèrement meilleure que la prévision annoncée le 9 juillet".

(avec AFP)