Covid-19 : un vaccin nasal en cours d’élaboration à Tours

2 mars 2021 à 12h30 par Bastien Bougeard

L’Université de Tours et l’Inrae de Nouzilly travaillent à la confection d’un vaccin nasal contre le Covid-19. Il est actuellement en phase pré-clinique et des essais sur l’Homme sont espérés d’ici la fin de l’année.

ALOUETTE
Ce vaccin se présenterait sous la forme d'un spray nasal.
Crédit: Pixabay

Et si on se faisait vacciner par le nez ? Alors que la campagne vaccinale bat son plein en France, des chercheurs travaillent à l’élaboration de vaccins nasaux pour combattre le Covid-19. Un vaccin de ce type est en train d’être mis au point par l’Université de Tours et l’Inrae (institut national de recherche agronomique) de Nouzilly.

Plus facile à conserver

« Ce vaccin se présenterait sous la forme d’un spray, détaille Isabelle Dimier-Poisson Professeure à l’Université de Tours qui dirige ce projet baptisé Nano Sars-Cov 2. Ce spray est semblable à ceux utilisés pour une sinusite, mais nous utiliserons des biomédicaments efficaces contre le coronavirus ». Deux instillations (deux dans chaque narines) espacées de trois semaines seraient nécessaires. À l'inverse des vaccins à ARN messager qui doivent être stockés à -80 degrés, ce sérum pourrait se conserver plus facilement, entre 4 et 20 degrés.

Un vaccin en complément de ceux déjà existants

Ce vaccin nasal pourrait « permettre une élimination précoce du virus en stimulant les muqueuses présentes dans le nez. Les vaccins actuels ne l’élimineraient pas complètements et donc n’empêchent pas complètement la transmission du virus. Mais le vaccin nasal viendrait en complément de ceux existant qui vont permettre de ralentir la pandémie ».

Des résultats probants pour l’instant

Une étude américaine publiée au mois d’août 2020 et relayée par Nature attestait de l’efficacité d’un vaccin nasal chez des souris. Le vaccin tourangeau est en phase pré-clinique et les résultats obtenus pour l’instant sont jugés probants. C’est la dernière phase avant des essais sur l’Homme. « Nous sommes en pourparlers avec le CHU de Tours pour mener ces essais, détaille Isabelle Dimier-Poisson. Pour le moment, c’est difficile de s’avancer sur un calendrier. Mais s'il était possible de le mener avant la fin de l’année, ce serait fantastique ». L’institut Pasteur travaille lui aussi à l’élaboration d’un vaccin nasal pour lutter contre le Covid-19.