Infos

Indre : l'avenir des salariés de Makeen Energy devant le tribunal de commerce

16 septembre 2020 à 06h33 Par Bastien Bougeard
Crédit photo : Capture d'écran YouTube-Makeen Energy

L'avenir du site Buzancéen de Makeen energy passe devant le tribunal de commerce de Châteauroux ce mercredi 16 septembre. Une nouvelle audience dans un dossier qui a connu de nombreux rebondissements.

Depuis le mois de juin, les 80 salariés de Makeen Energy à Buzançais sont plongés dans l'incertitude. La direction du groupe Danois avait annoncé, sans crier gare, qu'elle souhaitait la liquidation judiciaire du site.

Décision surprenante

Une décision qui a surpris tout le monde. Stéphane Robin, délégué Force ouvrière de Makeen Energy sur le site de Buzançais explique : "Rien ne laissait présager ce scénario. Il n'y avait pas eu de signaux d'alerte particulier. De plus, pendant la période Covid, l'atelier tournait à plein et les salariés qui le pouvaient étaient en télé-travail". Une manifestation de soutien a été organisée au mois de juin pour demander le maintien de l'activité. 

80 salariés sur la sellette 

La procédure a ensuite démarré au tribunal de commerce de Châteauroux. Ce dernier décide finalement de placer en redressement judiciaire le site, ce qui permet d'éviter le licenciement sec des 80 salariés. "Remercier un tribunal de commerce de nous placer en redressement, je crois que c'est du jamais-vu" se souvient Stéphane Robin qui n'est pas au bout de ses surprises. 

La direction présente ses excuses

Lors d'une nouvelle audience au mois de juillet, la direction de Makeen energy opère un virage à 180 degrés. Elle présente ses excuses aux salariés concernant la méthode employée pour annoncer la liquidation judiciaire. De plus, elle annonce qu'elle souhaite finalement poursuivre l'activité. "C'est un dossier vraiment bizarre, soupire Stéphane Robin. Nous sommes dans le flou, car il y a des offres de reprises sur la table. Mais nous ne savons pas si ça va être une reprise complète. Il y a tout de même l'avenir de 80 salariés et familles qui sont en jeu". 

"C'est une trahison"

Cet épisode social a tout de même était très mal vécu par les salariés. "C'est une trahison, clame Stéphane Robin. Nous avons continué pendant la période Covid et continuer avec des personnes qui ont cherché à vous liquider, c'est un peu compliqué". L'audience devant le tribunal de commerce de Châteauroux démarre à 9 heures ce 16 septembre.