Infos

Jean-Christian Fraiscinet (Les Bodin's) : "C'était surréaliste"

07 avril 2020 à 07h00 Par Arnaud Laurenti
Crédit photo : Facebook | Les Bodin's

Le 23 mars dernier, Jean-Christian Fraiscinet aka Christian Bodin dans le duo des Bodin's, a dû stopper un tournage en Thaïlande pour rentrer précipitamment en France et se confiner chez lui, dans l'Indre. Ses projets, ses occupations, son ressenti : voici son portrait de confiné.

De son rapatriemment dans la précipitation à l'écriture d'un nouveau spectacle, voici les grandes lignes de la vie en confinement de Jean-Christian Fraiscinet, alias Christian Bodin dans Les Bodin's.

Comment se passe le confinement ?

J'habite à Valençay dans l'Indre, je suis là depuis notre retour de Thaïlande. On était partis pour tourner notre film et on a dû être rapatrié il y a une dizaine de jours (ndlr, le 23 mars).

Le rapatriement, c'était compliqué ?

Ça s'est fait très vite. On était là-bas depuis une petite quinzaine de jours, on avait commencé le tournage depuis une semaine. On sentait bien que ça devenait compliqué en France.  En Thaïlande, c'est venu avec un peu de retard. Nous on était pris dans le tournage qui se passait très bien. Et à la fin de la première semaine, la production nous a dit avoir contacté le Quai D'Orsay et pris tous les renseignements. Ils conseillaient de rentrer parce que ça risquait de devenir compliqué. Donc ça s'est mis en place en deux ou trois jours et on a trouvé des vols pour rapatrier toute l'équipe. Ça s'est plutôt bien passé. On était assez tristes d'arrêter le tournage mais on avait compris qu'on pouvait pas faire autrement. On avait aussi une semaine de tournage prévue en France en mai, dans l'Indre et à Paris, mais on reste suspendus aux décisions.

C'était comment dans l'avion du retour ?

Il y avait beaucoup de monde dans l'avion. Après, toute l'équipe n'était pas dans le même avion, on n'a pas tous voyagé ensemble. On est reparti un peu comme on a pu. Avec Vincent nous sommes revenus par un vol direct de Thai Airways. lls ont été très prévenant avec des masques et du désinfectant. On a essayé de prendre le maximum de précautions.

Et votre arrivée à Paris ?

C'était surréaliste, on avait l'impression d'être dans un film de science-fiction. À Roissy, il n'y avait pas un chat. Ensuite, on s'est rendu en taxi à la gare Montparnasse pour rejoindre la Touraine - et pareil, il y avait très peu de monde dans la gare, tout était fermé, personne dans les rues de Paris. C'était comme quand on a quitté Bangkok. On est partis à minuit le dimanche soir et ça commençait à être pareil, alors que Bangkok est une ville qui ne s'arrête jamais. Il n'y avait personne dans les rues. C'est vraiment hallucinant ce genre de moment.

Le tournage n'est pas définitivement annulé ?

Non, pas du tout. On espère y retourner peut-être au mois d'août mais il n'y a rien de sûr étant donné que la Thaïlande a été confinée avec environ 15 jours, trois semaines de retard par rapport à nous. Et eux ne plaisantent pas avec le confinement. On y retournera quand on pourra. Pour l'instant, on est suspendus aux décisions et réouvertures comme tout le monde. Chacun essaie de faire très attention, se confine, et puis on y retournera dès qu'on pourra.

Du côté des spectacles, des annulations ?

Nous n'avions pas de spectacle prévu avec les Bodin's, c'était une année qui devait être consacrée à notre film. On doit reprendre la tournée en décembre donc on espère que d'ici-là ce sera rétabli. Sinon, normalement, on doit jouer au mois de juillet notre spectacle "Grandeur Nature" en plein-air à Descartes, et pour l'instant le spectacle est maintenu. On attend avant de prendre des décisions. On est un peu comme tout le monde.

En plus, vous affichez déjà complet ?

Oui, c'est complet depuis déjà très longtemps, octobre 2019. Il y a forcément des gens qui s'inquiètent, mais tant qu'on n'a pas pris la décision d'annuler, on ne donne pas de nouvelles aux gens. De toute façon, les spectateurs seront prévenus.

Ce confinement se passe comment chez vous ?

J'ai la chance d'habiter à la campagne, dans une grande maison avec beaucoup de terrain, donc ça ressemble plutôt à des vacances qu'à un confinement - toute proportion gardée naturellement. Pour l'instant, depuis que je suis rentré de Thaïlande, je ne suis pas du tout sorti de chez moi parce qu'on nous a conseillé de rester vraiment 14 jours, même un peu plus si on peut, sans voir personne. On a cotoyé beaucoup de monde en Thaïlande. Donc je ne suis pas sorti du tout, je suis seul à la maison avec mes chats (rires). Autrement, il y a une personne qui a fait les courses pour moi et je me fais livrer.

Quelles sont vos occupations ?

Depuis que je suis revenu, je travaille énormément. J'écris un spectacle. Outre les Bodin's, je m'occupe d'un lieu qui s'appelle la Ferme-Théâtre de Bellevue, qui est fermé en ce moment. Pareil, on a eu beaucoup de spectacles qu'on a dû annuler ou reporter. Je suis en train d'écrire un spectacle qui est programmé pour juin 2021. C'est un grand spectacle de plein-air avec beaucoup de monde et j'avais pris un peu de retard donc je suis en train de le rattraper. Je travaille du matin au soir sur l'écriture. Ce sont des conditions on ne peut plus idéales d'être isolé, pas dérangé, concentré sur ce que j'ai à faire. Je profite de ce confinement pour écrire.

Vous préférez travailler ainsi ?

C'est une situation qu'on ne rencontre jamais. L'écriture, la création, en ce qui me concerne, demandent beaucoup d'isolement et de concentration. On est toujours par monts et par vaux, donc c'est très difficile de réunir ces conditions. J'essaie de mettre à profit ce confinement pour avancer sur l'écriture. Ce qui ne m'empêche pas de garder le contact avec le reste de la troupe, les comédiens, l'équipe du film : on se donne des nouvelles très régulièrement. On essaie d'avancer sur des choses, des décors, les costumes... De maintenir une activité comme on peut à distance.

Vous ferez allusion à cette situation dans vos prochains spectacles ?

On en parlait avec Vincent dans l'avion du retour. On se disait : "On joue pas en ce moment, mais si ça avait été le cas qu'est ce qu'on dirait ?". J'avoue qu'on était un peu... On n'a pas forcément la tête à ça en ce moment, à trouver des plaisanteries sur ce genre de choses parce qu'il y a tellement de gens qui souffrent ! Il faut vraiment laisser passer la pandémie et voir comment on l'aborde.

Le film est prévu pour quand finalement ?

On devait le sortir fin 2020 mais il y a des chances qu'il sorte plutôt en 2021.