Infos

L’Allemand Siemens construira et exploitera la centrale à gaz de Landivisiau

04 septembre 2019 à 12h07 Par Nicolas Mezil
Le projet de centrale à gaz de Landivisiau
Crédit photo : Archives

Le conglomérat industriel allemand Siemens a annoncé ce mercredi avoir reçu une commande formelle de près de 450 millions d'euros pour construire une centrale à gaz à Landivisiau (Finistère), un projet porté par Total Direct Energie et contesté par des associations écologistes.

"Siemens va construire une nouvelle centrale à cycle combiné clés en main à Landivisiau" et "assurera également l'exploitation et la maintenance des installations pendant une durée de vingt ans", indique le groupe dans un communiqué.

Les deux contrats ont été signés au mois de juillet, a précisé un porte-parole de Siemens en France à l'AFP.

Mise en service en 2021

La mise en service de la centrale d'une puissance de 446 MW est prévue "pour le second semestre 2021", précise Siemens. Elle devait initialement démarrer fin 2016.

Le projet avait été lancé par le fournisseur alternatif d'énergie Direct Energie, depuis racheté par le géant du pétrole et du gaz Total et rebaptisé Total Direct Energie.

Siemens a détenu une participation de 40% dans le projet pendant la phase de développement puis a cédé sa part à Total Direct Energie, indique l'entreprise allemande.

L’opposition d’association écologistes

La centrale à gaz fait l'objet de l'opposition d'associations écologistes qui mettent notamment en avant la présence d'un espèce protégée, l'escargot de Quimper, sur le site retenu, tout en évoquant un projet "inutile" et "coûteux".

La cour administrative d'appel de Nantes avait rejeté en juillet la demande de l'un de ces associations, Force 5, d'annuler l'arrêté ministériel de 2013 autorisant la construction. Force 5 avait alors manifesté son intention de déposer un recours devant le Conseil d'État.

Résoudre la dépendance électrique de la Bretagne

Dépourvue de centrale nucléaire, la Bretagne ne produit qu'environ 10% à 15% du courant qui y est consommé et importe l'essentiel des régions voisines. Pour remédier à cette situation, un Pacte électrique breton conclu en 2010 prévoyait de nouvelles sources de production d'électricité, dont la future centrale de Landivisiau.

La situation de la Bretagne est encore compliquée par la fermeture programmée d'ici 2022 de la centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique), tandis que le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) accumule les retards.

(Avec AFP)