Le jeu vidéo Counter Strike servait à blanchir de l'argent sale

29 octobre 2019 à 8h26 par Arnaud Laurenti

L'éditeur du jeu vidéo a annoncé lundi la suspension des ventes de clés virtuelles contre de l'argent réel sur le marché de la communauté Steam.

ALOUETTE
Crédit: Steam

L'éditeur de jeux Valve a pris une mesure radicale pour lutter contre la fraude.

Le jeu vidéo, nouvel Eldorado du blanchiment

Sur le blog dédié à la communauté du jeu vidéo de tir Counter Strike : Global Offensive, Valve annonce avoir changé sa politique d'achat concernant les clés virtuelles permettant d'acquérir des objets dans le jeu. Désormais, ces clés ne pourront plus être échangées ou revendues et resteront attachées au compte d'achat. Un changement majeur dans l'économie qui s'est bâtie autour du jeu : jusqu'ici, les joueurs pouvaient acquérir des clés pour les revendre sur le marché de la communauté Steam (une plateforme de distribution de jeux et contenus en ligne dont Valve est propriétaire). C'est désormais fini. 

L'éditeur explique que si dans le passé "la plupart des transactions concernaient des clients légitimes", ce n'est plus le cas aujourd'hui. Les réseaux de fraude auraient jeté leur dévolu sur les clés de CS:GO pour blanchir leurs revenus illicites. Selon Valve, presque toutes les transactions effectuées autour des clés virtuelles du jeu proviendraient désormais de la fraude. Si ces restrictions devraient finalement assez peu impacter les joueurs lambda, elle touchera malgré tout certains joueurs "légitimes". Valve s'en excuse tout en indiquant que sa priorité reste la "lutte contre la fraude sur Steam".

Ces dernières années, plusieurs cas de blanchiment via des jeux en ligne ont été révélés. Le jeu Fortnite, aux plus de 250 millions de joueurs, n'échappe à la règle. Les réseaux de fraudeurs utiliseraient des cartes de crédit volées pour acheter des options ou des monnaies virtuelles avant de revendre ces options sur diverses plateformes (notamment les Réseaux Sociaux).