Le père de l'otage angevine libérée Isabelle Prime "heureux comme tout"

7 août 2015 à 7h40 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Le p�re d'Isabelle Prime, l'otage fran�aise qui �tait retenue au Y�men depuis f�vrier 2015, Jean-No�l Prime, s'est d�clar� vendredi "heureux comme tout" apr�s l'annonce de la lib�ration de sa fille par l'�lys�e dans la nuit de jeudi � vendredi.

"Je suis heureux comme tout, elle est en bonne sant� mais je n'ai pas d'autre pr�cision", a d�clar� M. Prime � l'AFP par t�l�phone. "J'attends des nouvelles du Quai d'Orsay", a-t-il ajout�, pr�cisant qu'il avait appris la nouvelle jeudi vers 23H00, soit un peu moins de deux heures avant l'annonce de l'�lys�e. �g�e de 30 ans, originaire d'Angers, Isabelle Prime est attendue en France dans la journ�e.

"D'apr�s ce qu'ils m'ont dit il faudrait que je parte assez rapidement" vers Paris, a indiqu� M. Prime. "Pour l'instant je suis vraiment dans un flou terrible", a-t-il ajout�.

"Notre compatriote Isabelle Prime a �t� lib�r�e cette nuit", a annonc� un communiqu� de la pr�sidence fran�aise dans la nuit. "Elle �tait retenue en otage au Y�men depuis le 24 f�vrier 2015."

"La France a d�ploy� tous ses efforts pour parvenir � ce d�nouement heureux", poursuit le texte. Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent", selon le texte qui n'a pas donn� plus de pr�cisions sur le lieu et l'heure d'arriv�e.

Le pr�sident Fran�ois Hollande "exprime toute sa gratitude � tous ceux qui ont oeuvr� � cette solution, et notamment au Sultan Qaboos Ibn Sa�d, Sultan d'Oman".

La derni�re lib�ration d'un otage fran�ais remonte � celle de Serge Lazarevic en d�cembre 2014, alors que le quinquag�naire franco-serbe �tait d�tenu depuis trois ans par le groupe Al-Qa�da au Maghreb islamique (Aqmi) dans le nord du Mali. Il �tait alors pr�sent� comme le dernier otage fran�ais.

Isabelle Prime, arriv�e en 2013 au Y�men, travaillait pour la soci�t� Ayala Consulting, dont le si�ge social se trouve en Floride, aux Etats-Unis, sp�cialis�e dans la conception de programmes de protection sociale.

Avec AFP