Infos

Le prix Nobel : Michael Jackson, cricket, IgNobel… Tout ce qu'il faut savoir sur la récompense

10 octobre 2019 à 11h00 Par Clovis Canivenc
La semaine des prix Nobel a débuté lundi dernier avec le Nobel de médecine.
Crédit photo : Archives

Tout au long de cette semaine, les prix Nobel 2019 sont décernés par l’Académie suédoise. L’occasion de revenir sur l’histoire de cette récompense remise depuis 1901 « à ceux qui au cours de l'année écoulée auront rendu à l'humanité les plus grands services ».

De la paix, à la littérature en passant par la médecine, la physique et la chimie… La semaine des prix Nobel s’est ouverte lundi avec la remise du prix Nobel de médecine, décerné à deux Américains et un Britannique, pour leur découverte sur l'oxygénation des cellules : William Kaelin Jr, Sir Peter Ratcliffe et Gregg Semenza. Elle se poursuivra jusqu’à lundi prochain et l’annonce du Nobel d’économie.

L’inventeur de la dynamite à l’origine du Nobel

Celui qui a donné son nom à la récompense se nomme Alfred Nobel. Chimiste suédois, il est notamment l’inventeur de la dynamite. Une invention qui a fait sa renommée mais aussi sa fortune. A sa mort en 1896, il lègue la quasi-totalité de son héritage (31,5 millions de couronnes suédoises à l’époque, soit 179 millions d’euros aujourd’hui) à la création d’une institution, chargée de récompenser « ceux qui au cours de l'année écoulée auront rendu à l'humanité les plus grands services ». C’est ainsi que naquit le prix Nobel en 1901. Depuis la remise des prix a lieu le 10 décembre, date anniversaire de la mort d’Alfred Nobel.

Combien ça rapporte un Nobel ?

Outre la prestigieuse médaille d’or, frappée du portrait d’Alfred Nobel, les lauréats reçoivent un beau chèque de 8 millions de couronnes suédoises (environ 740 000 €). Une dotation ayant subi une baisse de 20% en 2012, la faute à la crise financière et afin de garantir la pérennité financière du prix qui puise toujours dans le capital laissé par son fondateur. A titre de comparaison, en 1901, la récompense pour chaque prix Nobel était de 150 782 couronnes suédoises, soit 16 000 euros actuels.

Les lauréats peuvent ensuite dépenser librement cette somme. La plupart s’en servent afin de poursuivre leurs recherches ou travaux, faire un don à des associations caritatives ou se mettre à l’abri financièrement. Mais certains décident d’en dépenser une partie à des fins plus personnels. Lauréat du prix Nobel de médecine en 2001, Paul Nurse s’était offert une moto flambant neuve. Richard Roberts (Nobel de médecine en 1993) avait aménagé un terrain de… cricket dans son jardin.

Les lauréats emblématiques

Au palmarès des prix Nobel, ceux de la paix sont souvent les plus célèbres. Cette catégorie récompense régulièrement des hommes politiques, bien plus connus que des physiciens ou des médecins. Parmi les célébrités récompensées, citons Theodore Roosevelt (1906), Martin Luther King (1964), Dalaï Lama (1989), Nelson Mandela (1993) ou encore Barack Obama (2009).

Malgré tout, les autres disciplines ont parfois récompensé des personnalités bien connues, comme le couple Pierre et Marie Curie (physique en 1903), Albert Einstein (physique 1921) et Jean-Paul Sartre (littérature en 1964). Ce dernier est, d’ailleurs, l’un des deux seuls lauréats à avoir refusé de plein gré son prix Nobel, avec Le Duc Tho (paix en 1973).

Les candidats improbables

En près de 120 d’existence, le prix Nobel a vu passer son lot de candidatures improbables, farfelues ou aberrantes. Plusieurs dictateurs ont notamment été proposés, dont Adolf Hitler, Joseph Staline, Benito Mussolini… Le nom du Führer avait été suggéré par Erik Brandt, député suédois, qui vantait son « amour ardent pour la paix » alors que l'Allemagne nazie vient d'annexer l'Autriche et d'envahir les Sudètes. Cette candidature ne sera jamais étudiée sérieusement par le comité, mais illustre la facilité avec laquelle une personne peut entrer en lice pour la récompense la plus prestigieuse au monde. Le comité Nobel accepte en effet toutes les propositions, si elles sont envoyées avant le 31 janvier par une personne habilitée à le faire (parlementaires et ministres de tous les pays, anciens lauréats, certains professeurs d'université, membres actuels et passés du comité Nobel...).

Plusieurs artistes ont également été en lice pour se voir décerner la prestigieuse récompense. Le plus connu est, sans aucun doute, le roi de la pop Michael Jackson qui s’était ainsi retrouvé dans la course pour le Nobel en 1998. D’autres pop stars, comme Bob Geldof, Bono ou Sting ont été évoqués. Parmi les candidatures connues cette année pour le Nobel figurent le président américain Donald Trump et la jeune Suédoise Greta Thunberg, égérie de la lutte contre le changement climatique.

Les anti-Nobel

Pour parodier le prix Nobel, les IgNobel (jeu de mots entre « prix Nobel » et l'adjectif « ignoble » en anglais) récompensent depuis 1991 « les réalisations qui font d'abord rire les gens, puis les font réfléchir ». Les lauréats reçoivent un billet de 10 000 milliards de dollars du Zimbabwe, qui n’a aucune valeur puisque le Zimbabwe n’utilise plus sa monnaie locale.

Cette année, un Français a d’ailleurs obtenu le prix Ig-Nobel dans la catégorie anatomie pour son étude sur la température du scrotum d’hommes âgés de 20 à 52 ans en fonction de la position du corps et selon qu’ils sont nus ou habillés. Au palmarès de cette édition 2019 figurent également les pizzas anti-cancer, une machine à changer les couches ou encore les crottes carrées des wombats (marsupiaux australiens). En 1996, c'est Jacques Chirac qui avait reçu un IgNobel en 1996, pour « avoir commémoré le 50e anniversaire d'Hiroshima par des essais nucléaires ».