Limoges : la ville fait la chasse aux ouvertures des bouches à incendie

9 juin 2021 à 14h03 par Arnaud Laurenti

Avec le retour de la chaleur, la Ville de Limoges craint le retour des ouvertures de bouches à incendie dans certains quartiers. Une pratique illégale et qui gaspille d'importantes quantités d'eau. La Ville et la Métropole porteront systématiquement plainte.

ALOUETTE
Crédit: Pixabay

C'est un comportement qui s'est développé ces dernières années dans certaines villes françaises, à l'image de certaines séquences filmées aux Etats-Unis. En quête de fraîcheur, certains décident d'ouvrir de force les bouches à incendie, destinées aux pompiers, afin de profiter d'un jeu d'eau improvisé. À Limoges, la municipalité se montrera intransigeante et déposera systématiquement plainte.

Gaspillage et risques

Dans un communiqué, la ville et la métropole rappellent que la pratique est illégale et comporte des risques de blessures graves pour les enfants, en raison de la puissance de l'eau. En cas de déclenchement d'un incendie à proximité, l'impossibilité pour les pompiers de se connecter à la bouche incendie peut également avoir des conséquences graves. 

Enfin, la municipalité évoque également le gaspillage conséquent d'eau engendré par ces ouvertures sauvages : en une heure, 200 m³ sont ainsi dispersés, l'équivalent de la consommation d'eau d'une famille une année complète, d'après la Ville de Limoges. L'ouverture des bouches incendie peut également créer des dysfonctionnements sur le réseau d'eau potable.

La détérioration d'une bouche incendie peut être punie d'une peine de "cinq ans de prison et de 75 000 € d'amende", indique la municipalité.

Des solutions pour se rafraîchir

Dans son communiqué, la municipalité met en avant plusieurs initiatives mises en place afin de permettre aux habitants de se rafraîchir, notamment avec les centres sociaux municipaux de la Bastide et de Beaubreuil. Des sorties au bord des plans d'eau des environs sont par exemple organisées chaque mardi et jeudi durant l'été pour les enfants, adolescents et les familles des deux quartiers.