Infos

Loire-Atlantique : Importante mobilisation contre un site d'Amazon

28 novembre 2020 à 17h16 Par Gabriel Macé
Crédit photo : ATTAC 44 / Twitter @44Attac

1500 personnes réunies ce samedi selon la préfecture, plus de 2000 selon les organisateurs. Il y avait une importante mobilisation à Montbert, près de Nantes, contre l'implantation du géant de l'e-commerce américain Amazon. Les manifestants ont dénoncés l'impact néfaste de ce projet pour l'économie locale.

Partis après 14h du rond-point du lieu-dit Le Butay, les manifestants, dont beaucoup étaient venus en famille et certains en vélos, ont marché jusqu'à l'entrée grillagée du futur site d'Amazon.

"Bezos veut toujours plus de pesos", "Stop à Amazon et son monde", "Ni ici ni ailleurs", pouvait-on lire sur les banderoles. La manifestation qui se voulait bon enfant, avec danse et fanfare, avait été précédée de prises de paroles et de chants, selon les organisateurs.

"Nous voulons dénoncer l'impact qu'aurait ce projet pour l'activité fiscale, sociale et l'économie locale", a déclaré à l'AFP, Guillaume Erceau porte-parole d'ATTAC 44, ajoutant vouloir "créer un rapport de force à Montbert et à la communauté de communes" face à Amazon.

"Mobilisation exceptionnelle", s'est félicité dans un tweet le député du Maine-et-Loire Matthieu Orphelin (ex-LREM), estimant, quant à lui, le nombre de participants à 3000.

Le 17 novembre déjà, 300 personnes s'étaient rassemblées à Montbert contre le projet d'Amazon.

Selon le maire de Montbert Jean-Jacques Mirallié (sans étiquette), qui défend la perspective de nouveaux emplois dans sa commune, Amazon souhaite acheter un terrain appartenant à la communauté de communes de Grand Lieu situé sur une ancienne friche hospitalière transformé en zone d'activité.

Il s'agit "d'une surface de 14 hectares pour y construire un bâtiment de 50.000 m2 au sol, sur trois niveaux, ce qui fait qu'il y a une surface plancher, avec les bâtiments annexes, de 180.000 m2".

Il s'agirait d'"une plateforme de transit" d'ampleur régionale et le projet qui pourrait voir le jour "en 2022-2023" représenterait environ 1500 emplois en saison creuse et "aux alentours de 2000 emplois" lors des pics d'activité.

(Avec AFP)