Macron à Brut admet des "violences policières" mais dénonce "un slogan"

4 décembre 2020 à 16h15 par Arnaud Laurenti

Emmanuel Macron a reconnu vendredi qu'il existait "des violences par des policiers", expression qu'il a dit préférer à celle de "violences policières, qui est selon lui devenue "un slogan".

ALOUETTE
Crédit: Capture écran | BRUT

"Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis", car "c'est devenu un slogan pour des gens qui ont un projet politique. Il y a des policiers qui sont violents" et "qu'il faut sanctionner", a-t-il dit sur Brut.

Une plateforme pour signaler les discriminations

Une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l'Etat, le défenseur des droits et des associations, sera lancée en janvier, a annoncé vendredi Emmanuel Macron dans un entretien à Brut.

"Aujourd'hui quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (..) On est identifié comme un facteur de problème et c'est insoutenable", a regretté le chef de l'Etat.

(avec AFP)