Nantes : Hommage à Emiliano Sala ce dimanche

26 janvier 2020 à 15h25 par Gabriel Macé

Disparu le 21 janvier 2019 dans l'avion qui le conduisait à Cardiff, son nouveau club, l'attaquant argentin Emiliano Sala a laissé presque malgré lui une trace indélébile au FC Nantes, qui lui rend dommage ce dimanche lors de son match de Ligue 1 face à Bordeaux.

ALOUETTE
Crédit: Julien / Alouette

C’est un match symbolique entre sa dernière équipe et son club formateur qui se joue à 17h à la Beaujoire, un match accompagné d’un hommage officiel au joueur disparu il y a un an.

Il a été un temps le meilleur buteur des Canaris mais avec 42 buts en championnat en trois saisons et demie, il reste loin des héros des grandes heures de Nantes, à commencer par son dernier entraîneur Vahid Halilhodzic, qui en a inscrit 98 sous le même maillot (1981-1986).

Son style était lui aussi loin des prouesses techniques affichées par nombre de ses prédécesseurs, mais il avait su faire oublier ses maladresses par son abnégation et son sens du but aux yeux du monde extérieur, en y ajoutant pour ceux qui le côtoyaient sa chaleur et son humour.

A l'annonce de sa disparition à bord d'un petit avion de tourisme qui a sombré près de Guernesey le soir du 21 janvier 2019, c'est donc moins le buteur atypique -- qui s'était de toutes façons engagé ailleurs -- que l'homme attachant, ses rêves et ses projets, que les joueurs, le staff et les supporters de Nantes sont venus pleurer par milliers, dans une vague d'émotion qui a touché tout le monde du football.

Ce dimanche, les Canaris porteront un maillot blanc aux imperceptibles lignes bleues, en hommage à cet Argentin qui rêvait de l'Albiceleste même s'il était peu connu dans son pays. L'équipe de Bordeaux, son club de formation où il n'a jamais réussi à percer, aborderont ses initiales et le drapeau argentin au niveau du cœur.

Les supporteurs déploieront un tifo géant dans les tribunes du stade de la Beaujoire en entonnant le chant qui ponctue chaque 9e minute de match des Canaris depuis un an, en l'honneur de l'attaquant dont le numéro 9 a -- au moins pour les prochaines années -- été retiré à Nantes: "C'est un Argentin qui ne lâche rien..."

Christian Gourcuff, qui a succédé cet été à "coach Vahid", a appelé à distinguer le match de l'hommage : "Il y a forcément des émotions qui vont se mêler (...) mais il ne faut pas en faire trop. Et après le match, c'est autre chose, il ne faut pas mêler les deux choses. C'est une question de pudeur, de respect de sa mémoire".

Un an après, "c'est toujours aussi douloureux mais on est obligés de surmonter tout cela parce qu'il y a un match de foot à jouer et c'est important pour le club, pour l'équipe", a ajouté le capitaine Abdoulaye Touré, tout en estimant que le drame représentait une motivation supplémentaire.

"Je sais que j'ai beaucoup à lui rendre. C'était quelqu'un qui était combatif et généreux, ça doit nous galvaniser", a expliqué le milieu de terrain que des rumeurs de presse disent dans le viseur de West Ham. D'autant que "ça nous a soudés, ça nous a permis de créer des liens. Ce drame nous a rassemblés et nous a montré qu'il fallait compter les uns sur les autres".

L'an dernier, les Canaris sont passés à côté de leurs deux matches joués "pour Sala": un nul 1-1 contre Saint-Etienne moins de 10 jours après la disparition de l'avion et une défaite 4-2 contre Nîmes deux jours après la confirmation du décès.

Cette année, ils comptent bien consolider leur 4e place face à une équipe de Bordeaux reléguée au 13e rang et en plein doute. Pour cela, il faudra resserrer la défense, qui n'a encaissé que 18 buts cette saison en championnat (3e défense de Ligue 1) mais quatre contre Lyon il y a une semaine en Coupe de France.

Et peut-être aussi parier sur la nouvelle recrue, le Belge Renaud Emond, attaquant pas très technique mais athlétique et généreux, un peu à la Sala. Et qui a marqué son premier but en jaune contre Lyon: une tête piquée légèrement tordue mais efficace, un peu à la Sala...

 

5ce52bf7-5e32-45f7-ad7c-ad1f48726097.jpg (191 KB)

(Avec AFP)