Nantes : une marche blanche, un an après la disparition de Steve Maia Caniço

20 juin 2020 à 10h05 par Fabienne Lacroix

Une marche blanche se déroulera dimanche à Nantes pour marquer le premier anniversaire de la disparition de Steve Maia Caniço lors d'une intervention policière controversée le soir de la Fête de la musique.

ALOUETTE
Une marche en hommage à Steve Maia Caniço avait rassemblé entre 200 et 300 personnes en août 2019, à
Crédit: Archives

"La marche blanche prévue à 15h et qui a fait l'objet d'une déclaration en bonne et due forme en préfecture est autorisée dans le respect des mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid 19", précise le communiqué de la préfecture.

Les proches de Steve Maia Caniço souhaitent rendre hommage à cet animateur périscolaire de 24 ans, qui avait disparu lors d'une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps avait été retrouvé noyé dans le fleuve plus d'un mois plus tard.

Trois informations judiciaires


Depuis un an, le jeune garçon est devenu un symbole à Nantes où le slogan "Justice pour Steve" a résonné dans plusieurs manifestations. Trois informations judiciaires sont instruites à Rennes pour faire la lumière sur cette fin de soirée au cours de laquelle des gaz lacrymogènes avaient été tirés et plusieurs autres personnes étaient tombées à l'eau.

Le préfet a précisé par ailleurs avoir "pris un arrêté interdisant la manifestation non déclarée prévue à 18h" dimanche.

Sur Facebook, un événement annonçant la marche blanche autorisée a été lancé précisant que le cortège cheminerait jusqu'au quai Wilson, lieu de la disparition de Steve, où un grillage et quelques barbelés ont récemment été installés, empêchant désormais l'accès aux berges de la Loire.

En cette soirée de Fête de la musique, "tu pourras continuer de bouger après l'arrivée au quai...", promet le texte. Mais la préfecture a fait savoir que la Fête de la musique cette année ne pourra pas "prendre la forme de rassemblements musicaux sur la voie publique puisque ce type de rassemblement n'est pas compatible avec le respect de la distanciation physique et des mesures barrières".

Plus précisément, un arrêté préfectoral interdit les "rassemblements festifs à caractère musical de type rave party ou teknival", ainsi que "la circulation des poids lourds transportant du matériel de son", "la vente d'alcool à emporter" et la vente et l'utilisation d'"artifices de divertissement".