Infos

Port de Brétignolles-sur-Mer : la résistance s’organise

09 octobre 2019 à 07h06 Par Alexandrine DOUET
Le chantier du port de plaisance est suspendu
Crédit photo : Facebook | Terres Communes

Ils sont entre 30 et 50 opposants à se relayer depuis lundi sur la plage de la Normandelière pour empêcher le chantier de construction du port de plaisance.

La création d’une ZAD

Dimanche dernier, 2.500 personnes ont manifesté pour faire part de leur opposition au projet.
Quelques heures seulement après le rassemblement, ils étaient plusieurs dizaines à s’installer sur un terrain privé à proximité du site.
Ce mardi matin, ils ont formé une chaîne humaine devant les engins de chantier, sous le regard des forces de l’ordre.

Comme à  Notre-Dame-des-Landes, les opposants au projet ont installé une ZAD (Zone à Défendre)  qu’ils ont baptisé "Bréti-Zad" ou "Zad de la Dune".
Ils ont même commencé à construire des installations en dur, notamment des cabanes faite de palettes en bois.

Une plainte déposée, la mairie fermée

Par mesure de sécurité, la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de Vie porteuse du projet a décidé de suspendre les travaux.
La collectivité présidée par Christophe Chabot, le maire de Brétignolles-sur-Mer a décidé de porter plainte.

La mairie est d'ailleurs fermée au public depuis lundi matin "en raison des troubles à l’ordre public et des dégradations de biens communaux qui se sont produits en marge de la manifestation
« Balance ton port » du 6 octobre organisée à la Normandelière, ainsi que des occupations illicites qui en résultent" explique la municipalité dans un arrêté, en ajoutant qu'il s'agit "d'assurer la sécurité du personnel communal et les usagers de la mairie".

Rappelons que le 16 juillet dernier, la préfecture avait donné son feu vert au projet contesté par plusieurs associations environnementales.
Le projet qui a fait l’objet d’une enquête publique en 2018, est estimé à environ 30 millions d’euros.
Le futur port de plaisance prévoit d’accueillir jusqu’à un millier de bateaux.
Sa mise en service est prévue en 2023.

Dans un mail envoyé ce mercredi, le maire de Brétignolles-sur-Mer indique qu'il fera une déclaration aux Brétignollais jeudi 10 octobre à 11h00 en mairie.

Autre réaction, celle de la sénatrice de Vendée, Annick Billon, qui dénonce les "intimidations et les menaces à l'encontre du maitre de Brétignolles-sur-Mer" et demande que "les moyens nécessaires soient mis en oeuvre afin de déloger les zadistes". La sénatrice a demandé à être reçue par le préfet de la Vendée, et a écrit un courrier au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. "Il ne faut pas laisser s'installer un nouveau Notre-Dame-des-Landes", écrit la sénatrice dans un communiqué.