Pour lutter contre la chaleur, le Qatar climatise ses trottoirs

22 octobre 2019 à 6h11 par Arnaud Laurenti

Il n'y a pas qu'en France qu'il fait chaud l'été : au Qatar, pour lutter contre les températures extrêmes, la climatisation a été installée partout - même en pleine rue.

ALOUETTE
L'émirat est confronté à des températures extrêmes.
Crédit: Archives

L'émirat, où les températures peuvent atteindre les 45°C en période estivale, a installé des climatisations dans ses stades mais également le long des trottoirs et dans ses centres commerciaux en plein air.

Des températures en hausse ces 30 dernières années

Le Qatar, situé dans la péninsule arabique sur les bords du Golfe Persique, a vu sa température moyenne augmenté de près de 2°C depuis sa période préindustrielle, explique une enquête du journal américain Washington Post. Un réchauffement imputable au changement climatique mais également à l'urbanisation galopante dans la région de Doha et l'aggravation de l'humidité du Golfe Persique.

Pour lutter contre ces conditions infernales, l'émirat a donc lourdement investi dans la climatisation. En prévision de la Coupe du monde de football 2022, le Qatar a notamment climatisé tous ses stades : la température peut descendre jusqu'à 15°C dans l'enceinte du Khalifa Stadium, un stade en plein air. Il faut dire que l'enjeu est vital pour l'émirat, qui souhaite accueillir davantage d'évènements internationaux. Lors des mondiaux d'athlétisme qui se sont déroulés entre le 27 septembre et le 6 octobre à Doha, de nombreux sportifs ont souffert de la chaleur.

Selon l'enquête du quotidien américain, l'émirat diffuse désormais de l'air climatisé sur les marchés, le long des trottoirs ainsi que dans ses centres commerciaux en plein air. Plus grand pays émetteur de gaz à effet de serre par habitant (44 tonnes métrique de  CO² par habitant contre 5 en moyenne dans le reste du monde), l'émirat consacre près de 60% de sa production d'électricité à la climatisation selon la Banque Mondiale, explique Le Parisien.

>> (Ré)écoutez la chronique L'Actu en Plus