Rassemblement à Nantes pour la libération de Loup Bureau, journaliste détenu en Turquie

31 août 2017 à 8h18 par Rédaction Alouette

ALOUETTE
[scald=5672:full {"link":""}]

Environ 150 personnes se sont rassembl�es mercredi en fin d'apr�s-midi � Nantes pour exiger la "lib�ration rapide" et le retour en France "dans les meilleurs d�lais" de Loup Bureau, journaliste d�tenu en Turquie depuis le 26 juillet, a constat� une journaliste de l'AFP.

Citoyens et �lus se sont r�unis dans la cour de l'H�tel du d�partement en soutien au reporter ind�pendant de 27 ans, dont le portrait a �t� affich� sur la fa�ade et sur les grilles du conseil d�partemental de Loire-Atlantique, accompagn� du slogan "Lib�rez Loup Bureau".

"Mon fils n'aurait pas aim� �tre h�ro�s�, �tre en photo sur les affiches. Mais dans la situation qui est la sienne, la m�diatisation est essentielle", a d�clar� Lo�c Bureau, p�re du jeune journaliste, lors de cette manifestation de soutien organis�e par le D�partement, le club de la presse Nantes Atlantique et l'association des maires de Loire-Atlantique.

Cet enseignant d'un lyc�e de Nantes a dit esp�rer "un impact le plus important possible pour faire le plus impression sur le gouvernement turc".

"Cette affaire commence � prendre de l'importance en France et pourrait nuire � l'image de la Turquie", avait estim� M. Bureau en milieu d'apr�s-midi, � l'issue d'une rencontre avec la maire (PS) de Nantes, Johanna Rolland.

"Mon espoir, c'est un retour � la raison, qu'on en revienne � une attitude raisonnable, qu'on lib�re mon fils (...). Mon objectif, c'est de le faire lib�rer le plus vite possible car je sens tr�s nettement qu'il coule un peu", a-t-il ajout�.

"Je sens bien que les conditions de d�tention, la s�v�rit� de l'enfermement commencent � peser fortement", s'est inqui�t� Lo�c Bureau, qui a pu parler "cinq minutes" par t�l�phone avec son fils dimanche.

M. Bureau a par ailleurs salu� la "mont�e en puissance" de la mobilisation, "aussi bien au niveau politique que diplomatique", �voquant les interventions du chef de l'�tat Emmanuel Macron, mais aussi de l'ancien pr�sident de la R�publique Fran�ois Hollande.

Loup Bureau, qui a notamment collabor� avec les cha�nes TV5 Monde, Arte et le site Slate, a �t� interpell� le 26 juillet � la fronti�re entre l'Irak et la Turquie, apr�s que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (un mouvement consid�r� comme une organisation "terroriste" par Ankara) ont �t� trouv�es en sa possession.

asl/sdu/sd

 

(AFP)