Touraine : des incertitudes pour la forteresse de Montbazon

3 juin 2020 à 7h13 par Bastien Bougeard

Le site historique a rouvert ses portes le 30 mai après presque trois mois de fermeture forcée, la deuxième en l’espace de quelques semaines. Ces épisodes fragilisent la santé économique de l’association gérant la forteresse. Elle va être aidée par le conseil départemental.

ALOUETTE
La forteresse de Montbazon a rouvert ses portes le 30 mai.
Crédit: ADT Touraine - David Darrault

La saison 2019-2020 est décidément compliquée pour la forteresse de Montbazon (Indre-et-Loire). Le site historique a dû fermer ses portes à deux reprises en l’espace de 4 mois. Une succession d’événements malheureux qui assombrit l’avenir de l’association gérant ce site.

Un éboulement en décembre provoque une première fermeture

Le week-end du 14 décembre, un éboulement se produit. Un bout de coteau se détache. Le bilan est lourd, quatre familles doivent être relogées et la forteresse de Montbazon qui organisait alors une animation en lien avec Noël se voit obligée de tout stopper. « L’animation se déroulait dans une halle, près de la partie qui s’est effondrée, précise Jean-Yves Aldasoro le président de l’association qui gère la forteresse. Nous avons dû tout stopper et ça a provoqué des pertes ». Déjà à l’époque, l’association avait lancé une cagnotte en ligne pour pouvoir financer des travaux pour déménager la halle. Elle permet d’accueillir notamment des groupes scolaires.

25 à 30 % du chiffre d’affaire perdu

L’adage dit : « Un malheur n'arrive jamais seul ». La forteresse de Montbazon en a fait l’amère expérience. Mi-mars, elle doit fermer en raison du confinement, et ce, jusqu’au 29 mai. « Nous avons perdu entre 25 et 30 % de notre chiffre d’affaires, car sur cette période nous accueillons beaucoup de groupes d’élèves, près de 10 000 élèves au total. Avec l’annulation des sorties scolaires et certains week-end prolongés où nous sommes restés fermés, ça commence à faire beaucoup » souffle Jean-Yves Aldasoro. Il espère qu’un événement climatique (fortes averses ou canicule) ne va pas aggraver la situation. « Ça fait trois ans que la fréquentation est un peu impactée par des événements extérieurs. En 2018, nous avons eu la Coupe du monde de foot et une canicule. L’année dernière, il y a eu deux épisodes de fortes chaleurs. Il ne faudrait pas que ça se reproduise cette année ».

Le département vient en aide à la forteresse

L’association compte désormais sur les touristes locaux pour amortir le choc d’une année particulièrement dure. « Nous ne sommes pas très loin de Poitiers, de Tours ou encore de l’Indre, nous espérons attirer les visiteurs de ces secteurs ». Le conseil départemental d’Indre-et-Loire vient également en aide en injectant 4 750 euros. Il achète 500 tickets d’entrée qui vont être redistribués aux Tourangeaux. Les modalités de cette distribution ne sont pas connues. De quoi souffler alors que la saison touristique est lancée. Pour autant : « Cette crise a montré quelque chose, nous allons devoir nous réinventer, repenser certains modes de fonctionnement » conclu Jean-Yves Aldasoro.