Infos

Touraine : la Covid-19 plonge les guinguettes dans l’incertitude

25 mai 2020 à 14h05 Par Bastien Bougeard
La guinguette est un des incontournables de l'été à Tours, aussi bien pour les habitants que pour les touristes
Crédit photo : FlickR-Claude 37

Les guinguettes d’Indre-et-Loire auraient dû démarrer leur saison estivale ces dernières semaines. Mais la Covid-19 a complètement chamboulé leurs plans. Ils souhaitent que le Premier ministre annonce la réouverture des bars et restaurants cette semaine.

« Et si on allait à la guinguette ce soir ? » Cette phrase rythme l’été de nombreux habitants d’Indre-et-Loire. Mais la crise de la Covid-19 a provoqué la fermeture des guinguettes, avant même leur ouverture. Beaucoup démarrent leurs saisons estivales lors des mois d’avril et mai. Les conséquences se font déjà sentir.

Une soixantaine de concerts annulés

À Beaulieu-lès-Loches, sur les bords de l’Indre, Baptiste Massart est propriétaire de la guinguette les Javanaises. Pour lui, le coup est rude : « J’accuse déjà des pertes financières, regrette-t-il. Il y a des repas d’entreprises qui n’ont pu se tenir et des contrats qui n’ont pas pu être honorés. De plus, j’ai engagé des frais pour la communication au mois de mars. Il y a aussi des concerts qui ont été annulés. J’en organise une soixantaine chaque année ». À Tours, la guinguette et la plage sont des incontournables de l’été aussi bien pour les habitants que pour le touriste et là aussi la situation financière est délicate. « C’est une équation à multiples inconnues, car les problèmes arrivent en cascade, souffle Ronan Brient qui cogère la guinguette de Tours. Pour les concerts, nous avons déjà dû annuler mai et nous ne pouvons prendre des engagements pour les prochains mois, car cela dépendra de si nous avons tous les budgets ».

« Nous travaillons déjà sur des adaptations »

Les guinguettes espèrent qu’Édouard Philippe annoncera cette semaine la réouverture des bars et restaurants le 2 juin pour les départements classés en vert. « La question qui se pose, c’est aussi de savoir combien de personne nous pourrons avoir sur place » précise Baptiste Massart. La guinguette de Beaulieu-lès-Loches fait un hectare. « Nous travaillons déjà sur des adaptations, explique Ronan Brient de la guinguette de Tours. Le but, c’est aussi que ces adaptations soient un peu ludiques, par exemple s’il faut délimiter un espace, nous ne prendrons pas un gros scotch rouge, nous utiliserons des matériaux plus sympathiques, moins imposants ».

Les propriétaires sont dans le flou

Avant les annonces du Premier ministre, c’est donc le flou qui persiste pour les guinguettes. « Pour l’instant tout est en suspend que ce soit pour les fournisseurs ou les travailleurs saisonniers » regrette Baptiste Massart qui attend le feu vert pour mettre la machine en route. « Pour le moment, nous ne savons rien, il faut l’accepter, constate Ronan Brient. Mais il faut s’adapter, nous avons aussi envie de reprendre, que les gens puissent se retrouver dans la joie ». Si la réouverture des guinguettes est actée, elles auront alors plusieurs semaines pour tenter de limiter la casse provoquée par la pandémie de covid-19.