#Tours - 450 000 ? d'amende pour Synthron + 237 000 pour son PDG

10 mars 2016 à 17h20 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

 Le tribunal correctionnel de Tours a inflig� jeudi des amendes de 449.500 euros au groupe chimique Synthron et 236.900 euros � son Pdg, Robert Moor, pour la poursuite d'exploitation de l'usine de Villed�mer (Indre-et-Loire) o� ont �t� relev�es une quarantaine d'infractions au droit de l'environnement et au droit du travail.

Synthron avait fait l'objet de multiples mises en demeure par des services de l'Etat, notamment pour l'emploi d'int�rimaires non form�s sur des postes permanents et dangereux, ou encore l'absence de mesures des polluants.

L'usine de Villed�mer, pr�s de Ch�teau-Renault, est "recordman de France des mises en demeure", selon Olivier Hagel, de l'association de protection de l'environnement Sepant, plut�t satisfaite de ce jugement, qui a attribu� en outre un total de 44.000 euros de dommages et int�r�ts � quatre associations, dont la f�d�ration d�partementale de p�che.

A l'audience, le 12 novembre 2015, le procureur avait �gren� la "litanie" des condamnations de Synthron, filiale du groupe Protex depuis 1992.

Le magistrat avait point� la responsabilit� du Pdg Robert Moor, 85 ans, qu'il a d�crit comme une "t�te de mule" qui "entretient volontairement une organisation d�sorganis�e", afin d'�luder et contourner les injonctions des inspecteurs de l'Etat.

En plus des amendes et des dommages et int�r�ts, le tribunal a condamn� M. Moor � une interdiction de g�rer pendant deux ans. Cette peine, prononc�e habituellement dans les cas d'escroquerie ou de banqueroute, "serait plus utile qu'une condamnation � de la prison ferme", avait estim� le procureur, qui a donc �t� entendu par le tribunal.

Selon Brieuc Le Roch, juriste de France Nature Environnement (FNE), l'une des quatre associations partie civile, "les amendes et les dommages et int�r�ts sont d�risoires � l'�chelle des vies mises en jeu". Plusieurs millions d'euros seront n�cessaires pour remettre l'usine aux normes, selon FNE.

Le 27 septembre 2014, le tribunal correctionnel de Paris avait d�j� condamn� cette entreprise de chimie et son dirigeant � 400.000 euros d'amendes et 6 mois de prison avec sursis pour des infractions au droit de l'environnement et mise en danger de la vie d'autrui.