Un morceau d’une fusée chinoise retombe vers la Terre, sans que l’on connaisse sa destination

5 mai 2021 à 10h46 par Emma Piau

L’étage principal de la fusée chinoise Longue Marche 5B pourrait entrer de manière incontrôlée dans notre atmosphère dans les prochains jours et toucher la Terre d’ici le 10 mai. Pour le moment, il est difficile de déterminer le lieu où l’engin s’écrasera.

ALOUETTE
Crédit: Unsplash

Ce jeudi 29 avril, la Chine était parvenue à faire décoller sa fusée Longue Marche 5B qui transportait le module central Tianhe ("harmonie céleste"), dans le cadre de la construction de la station spatiale chinoise CSS.

Cependant, les équipes spatiales chinoises ont perdu le contrôle de l’étage principal de la fusée qui est dépourvue de pilote. En effet, lorsque Tianhe s’est éjecté du lanceur pour se positionner en orbite basse, cette partie de Longue Marche 5B s’est elle aussi retrouvée en orbite. N’étant pas contrôlé, l’engin de 21 tonnes et 30 mètres de long est désormais en train de retomber sur Terre.

Une destination inconnue

La vitesse de déplacement de l’engin ne permet pas de prédire où il s’écrasera exactement. Il se déplace effectivement à 27 600 km/h autour de la Terre. Pour le moment, seule une date d’impact a été estimée : le 10 mai à un ou deux jours près.

L’astrophysicien à l’université d’Harvard Jonathan McDowell a affirmé dans le Guardian que l’appareil avait de forte chance de tomber dans l’eau puisque "l’océan couvre environ 71% de la planète". Le site Space ajoute que la probabilité qu’un débris spatial touche un individu est d’une chance sur plusieurs milliers de milliards.

En général, les objets qui reviennent de l’orbite se désintègrent en entrant dans l’atmosphère terrestre mais certaines parties résisteront sûrement à l’impact.

Jonathan McDowell précise que cela reviendrait à "un petit accident d’avion dispersé sur plus de 150 kilomètres". L’astrophysicien a d’ailleurs publié sur Twitter un schéma retraçant la désintégration des objets de la mission de Tianhe en les comparant au retour non contrôlé d’autres débris spatiaux depuis 1975.

Cependant, Jonathan McDowell a tout de même rappelé au Guardian que "la dernière fois qu’une fusée Longue Marche 5B a été lancée, de longues tiges en métal sont retombées et ont endommagé plusieurs bâtiments en Côte d’Ivoire".

Selon lui, la Chine a fait preuve de négligence. "On ne laisse pas délibérément les choses de plus de dix tonnes tomber du ciel de manière incontrôlée", a-t-il déclaré.