Pass sanitaire : 70% de fréquentation en moins dans les cinémas

26 juillet 2021 à 12h05 par Léanne Coste

Le pass sanitaire est désormais obligatoire pour se rendre dans les lieux culturels depuis le mercredi 21 juillet. Théâtres, musées ou encore cinémas, la fréquentation est en forte baisse. Les patrons tentent par tous les moyens de s’adapter mais ne cachent pas leur inquiétude, comme le témoigne Marine Nahooray-Legargeant, directrice du Cinémarine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85).

Le gouvernement autorise à nouveau la jauge à 49 spectateurs sans pass sanitaire
Le gouvernement autorise à nouveau la jauge à 49 spectateurs sans pass sanitaire
Crédit: Capture d'écran | Facebook

Ce ne sont pas les films qui manquent à l'affiche des cinémas mais bel et bien le public. Les spectateurs désertent de plus en plus les salles obscures depuis la récente mise en place du pass sanitaire, exigé pour se rendre dans les lieux culturels tels que le cinéma. À noter que le gouvernement est revenu sur sa décision en autorisant les cinémas à accueillir moins de 50 spectateurs sans passe sanitaire, quelle que soit leur capacité maximale. Afin de s'exprimer sur cette période complexe, Marine Nahooray-Legargeant, directrice du Cinémarine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a répondu aux questions de Gabriel Macé. 

Est-ce que vous avez ressenti une différence cette semaine depuis la mise en place du pass sanitaire ? 

“C’est évident, toutes les sorties se font le mercredi. Nationalement, il y a eu une perte de 70% d’entrées à cause du pass sanitaire. C’est énorme sachant que le pass sanitaire a été mis en place mercredi dernier

Est-ce que pour vous, qui êtes en plus dans une destination de vacances, le fait que ce pass sanitaire soit mis en place en plein été, cela change quelque chose ? 

Évidemment, pour les cinémas, sur le littoral vendéen comme dans le Sud, les gens avaient prévu leurs vacances. Quand on arrive, tout va bien et on annonce la mise en place du pass sanitaire. Le problème que l’on a eu c’est que, en tant que cinéma exploitant, on a dû agir en moins d’une semaine pour tout mettre en place. Donc cela veut dire des personnes en plus pour le contrôle du pass sanitaire. Des personnes sont complètement dépitées parce qu’elles voulaient passer des vacances, aller au cinéma, pouvoir profiter et c’est très compliqué pour eux, pour nous. 

Après, concernant la limite des 49 places sans le pass sanitaire, nous avons commencé hier, on ne voulait pas le faire. Mais on a rencontré tellement de personnes qui voulaient venir au cinéma et qui n’avaient pas le pass sanitaire, on s’est dit ok. On se met sous la jauge et comme ça, tout le monde peut venir au cinéma

La fréquentation a-t-elle beaucoup baissée dans votre établissement ? 

Avant le pass sanitaire, on était à 2109 spectateurs par semaine. Aujourd’hui, on est à 1600. Donc on a mis les 49 places le samedi où l’on a fait 640 entrées. Avec le pass sanitaire le mercredi suivant nous étions à 280 et le vendredi 393. Donc nous avons doublé en proposant un accès aux salles à 49 personnes. On est contraints de réduire de manière très conséquente nos places pour pouvoir accueillir le public. C’est compliqué. 

Je pense que l’on tombe dans un double jeu des vaccinés et des non-vaccinés. Les vaccinés se disent “super on peut y aller” et les non-vaccinés qui disent “mais pourquoi ils ont le droit ?”. Les gens commencent à s’énerver parce que là c’est un peu aberrant face à tout ce qui se passe. 

Les restaurants et les bars ont plus de temps pour pouvoir se retourner et là nous avons été pris à la gorge. On se doit de réagir. C’est pas juste, encore une fois le cinéma n’est pas considéré comme essentiel.

(Entretien retranscrit par Léanne Coste)