Poitiers, Cholet, Niort, Limoges et Le Mans parmi les villes où il fait bon télétravailler

9 février 2022 à 10h32 par Arnaud Laurenti

Le Parisien a dévoilé ce mardi un classement des villes où il fait bon travailler à distance.

Poitiers, Cholet, Niort, Limoges et Le Mans parmi les villes où il fait bon télétravailler
Crédit: Unsplash

Le quotidien Francilien a dévoilé ce mardi un classement des villes les plus attractives pour le travail à distance : Poitiers occupe la première place.

 

Travailler et vivre à Paris, ce n'est pas toujours la panacée. Ce mardi, Le Parisien dévoile un classement des villes où il fait bon travailler à distance, et plusieurs villes du Grand Ouest se hissent dans le top 10.

 

Poitiers : un cadre idéal

Le chef-lieu de la Vienne prend la première place de ce classement grâce notamment à sa proximité en train avec la capitale, un taux de chômage faible, de nombreuses écoles, et un déploiement renforcé de la fibre optique. Le prix au mètre carré en fait également une ville attractive pour les Parisiens.

 

Cholet : douceur de vivre

En quatrième position, la commune du Maine-et-Loire concilie "sécurité et éducation, tout en restant un territoire économiquement attractif", explique Gildas Chauveau de Vallat, directeur d'une société spécialisée dans la mobilité des salariés et cité dans les colonnes du quotidien. Un bémol toutefois : le manque de médecins. Un problème commun à plusieurs villes du Grand Ouest.

 

Niort : espace naturel

Juste derrière Cholet, Niort occupe la cinquième place du classement, notamment en raison d'un faible taux de chômage et "une part importante de nature". Reste que la commune est elle aussi confrontée à un problème de manque de médecins. 

 

Limoges et Le Mans : près de Paris

La ville de Haute-Vienne arrive en neuvième position des villes où il fait bon travailler à distance. Limoges mêle ainsi "qualité de vie, bon environnement de travail et proximité avec Paris".

Cette proximité avec Paris est réduite à seulement une heure de train pour Le Mans, dixième de ce palmarès. Le chef-lieu de la Sarthe est pénalisé par une forte désertification médicale et un taux de chômage élevé, selon le quotidien.