Tours : Benoît Sanchez, seul chef français en lice au mondial du burger

5 novembre 2021 à 5h00 par Bastien Bougeard

Le chef du restaurant Le tatoué toqué à Tours va disputer à partir du 7 novembre les championnat du monde de burger, à Dallas. Pour la première épreuve, il va devoir réaliser 4 burgers, tous végétariens.

Benoît Sanchez, chef du tatoué toqué à Tours
Benoît Sanchez, chef du tatoué toqué à Tours
Crédit: B.Bougeard | Alouette

À Dallas, dans l’univers impitoyable du burger, il y a un Français qui va tenter de briller. Benoît Sanchez, le chef tourangeau du Tatoué Toqué, est le seul à défendre les couleurs françaises au world food, les championnats du monde du hamburger.

Conjuguer circuit-court, gastronomie et burgers

Tombé dans la marmite du burger en 2017, après des expériences en restauration collective et dans des établissements gastronomiques, Benoît Sanchez va tenter de « mettre la pâtée aux ricains » écrit-il sur sa page Facebook. Avec lui, exit les whoopers, big mac et autre triple cheese : « Le Burger, ce n’est pas que de la malbouffe, on peut mette des produits nobles, des produits locaux et faire quelques choses de délicieux » insiste-t-il. Et à partir du 7 novembre, il va devoir en mettre plein la vue aux jurés.

Un peu plus de 2 heures pour réaliser 4 burgers

Depuis un an et l’annonce de sa sélection, Benoît Sanchez s’est renseigné auprès de partenaires et de restaurateurs sur les goûts et les préférences des Américains « Je sais déjà qu’ils n’aiment pas trop les fromages au lait cru. Il faut également jouer sur les goûts et l’originalité. Contrairement aux Français, Ils accordent moins d’importance au visuel ». Pour les world food, il va devoir respecter un thème. « Il faut concocter un burger avec pour thème : végétarien, cheeseburger, chili du sud-ouest américain. Tout ça doit rentrer dans un seul sandwich. Ensuite, il faut réaliser un plat signature ».

Une sélection obtenue en 2020

Sa signature à lui ? Le Hambourgeau. Au menu : rillons, tomme de touraine, steak haché, roquette, pickles de bettrave, confits d’échalotte, pain maison et un peu de moutarde. « Je vais le revisiter en version végétarienne » explique-t-il, sans pour autant dévoiler la recette. Il aura 2 heures 30 pour tout réaliser. Son objectif : « faire des rencontres, pour voir comment les autres travaillent. J’y vais pour m’amuser et si j’atteins le top 10, je serai content » explique celui qui depuis 2017 enchaîne les victoires en coupe de France du burger, ou plus récemment à Lyon au world burger contest.

Pour autant, le membre de l’académie nationale de cuisine se dit aussi soulagé de pouvoir enfin s’y rendre. « Je travaille depuis 2020, mais entre les confinements, puis les restrictions sanitaires, je n’étais pas sûr de pouvoir me rendre aux États-Unis ». Alors, un Français va-t-il séduire le public américain ? Début de réponse dans la nuit du 7 au 8 novembre.