Une saison exceptionnelle dans les marais salants de l’ouest

9 août 2022 à 16h07 par Maëva Bossard

À Guérande, Noirmoutier et à l’île de Ré, les marais salants voient leur production grimper grâce à la canicule.

Une saison exceptionnelle dans les marais salants de l’ouest
Crédit: Alouette

Si la sécheresse et la canicule présentent de lourdes conséquences sur plusieurs types de production alimentaires, ce n’est pas le cas pour la production de sel. Les marais salants voient leur production de gros sel augmenter depuis le début de la saison, réalisant des récoltes records. C’est le cas à l’île de Ré où Nicolas Bécaud, président de la coopérative des sauniers de l’île de Ré, vit une saison exceptionnelle.

Où en est la récolte de sel à l’île de Ré en ce moment ?

On estime notre saison de production à 3000 tonnes de gros sel à peu près, sachant que la saison n'est pas terminée. Pour vous donner une petite idée, une année de production, en moyenne, c’est 2300 tonnes donc on est déjà au-dessus. […] C’est grâce au vent et au soleil. On fait un métier tributaire de la météo : plus il va faire beau et plus il y aura de vent, plus l’évaporation aura lieu et plus le sel va se cristalliser.

Cela va-t-il représenter une forte hausse de votre chiffre d’affaires ?

Ce n’est pas parce qu’on fait de grosses saisons que le chiffre d’affaires saisonnier va grimper. Notre métier est tellement aléatoire, que la coopérative ne vend que la moyenne de production. Donc les grosses saisons, comme celle de cette année, vont pouvoir pallier les mauvaises saisons où on va produire très peu de sel. On a aussi la chance que le sel est un produit qui ne se périme pas. On gère alors un stock à la coopérative qui va permettre de continuer à fournir nos partenaires pendant les mauvaises saisons.

Si la récolte est bonne, ça vous fait plus de travail pour vous, la fatigue ne se fait-elle pas sentir ?

Ce n’est pas toujours facile parce que si la production est là, le saunier est dehors en plein soleil toute la journée donc ce n’est pas forcément une période très évidente. […] La fatigue commence à se faire sentir. Comme c’est une année assez exceptionnelle, la saison a commencé le 10 mai. C’est assez rare, normalement on commence en juin. Physiquement c’est vrai que ça commence à tirer. Là, si on regarde la météo sur 15 jours, on va faire du sel jusqu’à mi-août.