La Banque alimentaire organise sa collecte nationale ce week-end

26 novembre 2021 à 11h00 par Morgan Juvin

Les gilets orange vous attendront à l'entrée des magasins les 26, 27 et 28 novembre. L’association va collecter des denrées alimentaires et des produits d’hygiène et d’entretien. Comme l'année dernière, les dons pourront également se faire directement en ligne.

Banques Alimentaires
Crédit: Capture d'écran | Facebook Banques Alimentaires

La collecte nationale va débuter ce week-end avec pour objectif de collecter un maximum de don à la sortie des caisses. En Vendée, plus de 2000 bénévoles seront mobilisés. Vous pouvez également faire un don en ligne sur le site monpaniersolidaire.org.

Le président de la Banque alimentaire de Vendée, Bernard Metay, mobilise une nouvelle fois la générosité des vendéens.

Quels sont les besoins cette année pour la Banque Alimentaire ?

Nous recherchons des produits alimentaires non périssables en petit conditionnement. Par exemple : des conserves de poisson et de viande, des légumes, du riz, des plats cuisinés, du thé, du café, des desserts, des compotes, de l’huile… Nous recherchons aussi des produits d’hygiène et d’entretien, savon, gel douche, brosses à dent, ainsi que des protections périodiques pour les femmes et pour les seniors.

Comment va se passer la collecte ce week-end ?

La collecte démarre dans certains magasins qui ont fait ce choix ce jeudi et va durer jusqu’à dimanche midi pour d’autres magasins, mais globalement, ce sont les journées de demain et de samedi où tous les magasins sont sensibilisés et où il y aura des gilets orange pour collecter physiquement les dons qui seront faits par les clients des magasins.

Est-ce qu’il vous a manqué des bénévoles cette année ?

Nous pensons avoir réuni suffisamment de bénévoles cette année. En cette période sanitaire difficile, on ne veut pas non plus être en surabondance de gilets orange dans les magasins afin de respecter les gestes barrières.

Vous avez mis en place un système de bons à scanner cette année, c’est bien cela ?

Oui, nous proposons aussi cette année dans les entrées de magasins des flyers sur lesquels il y a des gencodes, ce sont des codes à scanner qui permettent, en passant à la caisse, de faire un don financier du montant de son choix. Ce dispositif va se poursuivre toute la semaine prochaine. Grâce à cette collecte dématérialisée, on devrait réunir des fonds en suffisance pour pouvoir faire en sorte, que s’il nous manque des denrées bien spécifiques, on puisse au fur et à mesure de l’année faire des acquisitions pour compléter tout ce qui a été donné et tout ce qu’on a par ailleurs.

Comment expliquez-vous ce record l’an dernier ?

Je pense que la crise sanitaire a sensibilisé les gens à la solidarité. On a beaucoup parlé de solidarité pendant toute cette crise et, je pense, que les gens y ont été sensibles et généreux. On se rend compte que les Vendéens sont très généreux.

Est-ce que vous pouvez nous dire ce qui vous différencie par rapport aux Restos du Cœur ?

On a un fonctionnement bien différent. Nous nous appelons Banque Alimentaire, ce n’est pas pour rien, c’est que nous sommes chargés de collecter des denrées, la ressource. Cette ressource alimentaire, on la redistribue aux Centres Communaux d’Action Sociale des collectivités ou bien à des associations, Secours Catholique, Croix-Rouge française…

On peut même être amené à distribuer aux Restos du Cœur ou à d’autres, sachant que nous, on n’a pas affaire aux bénéficiaires. On n’ignore pas le bénéficiaire mais on ne reçoit pas la denrée donnée directement au bénéficiaire, on passe toujours par un intermédiaire qualifié et reconnu sur le territoire de la distribution.

 

Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac