Angers : l’étude sur l’hydroxychloroquine suspendue jusqu’à nouvel ordre

27 mai 2020 à 7h17 par Fabienne Lacroix

Deux mois après son lancement, l’étude Hycovid, qui devait démontrer l’efficacité de la molécule dans le traitement du Covid-19 est momentanément stoppée.

ALOUETTE
L'étude sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine a été lancée fin mars par le CHU d'Angers.
Crédit: Site Internet CHU d'Angers

La directrice du CHU d’Angers, Cécile Jaglin-Grimonprez, a annoncé mardi soir la suspension de l’étude sur l’hydroxychloroquine lancée fin mars dans près d’une quarantaine d’établissements hospitaliers.

Molécule parfois dangereuse

Mais le Haut Conseil de la Santé Publique et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament viennent de rendre chacun un avis négatif concernant la poursuite de cette étude qui concerne mille trois-cents malades. Ces deux autorités se sont basées sur une récente étude publiée dans The Lancet. Selon la revue scientifique, la prise de l’hydroxychloroquine s’avère inutile, voire dangereuse car elle favoriserait les troubles du rythme cardiaque chez certains malades hospitalisés.

Par mesure de précaution, le CHU d’Angers, à l’initiative de cette étude, a décidé de la suspendre, le temps de voir l’état des patients déjà traités. Une décision sera ensuite prise pour savoir s’il faut ou non relancer le protocole.