Coronavirus : des rassemblements annulés dans toute la France

29 février 2020 à 16h13 par Gabriel Macé

L'intensification de l'épidémie liée au coronavirus commence à avoir des effets concrets sur la vie quotidienne de tous les Français : les "rassemblements de plus de 5000 personnes" en milieu fermé et certains événements en extérieur, comme le semi-marathon de Paris dimanche, sont annulés. Dans l'Oise, tous les rassemblements sont interdits, y compris les messes dominicales.

ALOUETTE
Pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, l'archevêque de Paris a demandé aux prêtres de v
Crédit: Archives

Cette "politique de prévention plus stricte" a pour objectif de "limiter la diffusion du virus par le brassage des populations", a expliqué ce samedi le ministre de la Santé, Olivier Véran. Ces mesures ont été décidées lors d'un Conseil de défense et un Conseil des ministres exceptionnels présidés par Emmanuel Macron. Elles correspondent au passage au stade 2 de l'épidémie, annoncé vendredi, sur une échelle de 3.

Selon Olivier Véran, 16 nouveaux cas ont été confirmés par rapport à vendredi soir, soit 73 au total depuis fin janvier. Lundi soir, le compteur était à 12 cas, signe de l'accélération de l'épidémie cette semaine, dans la foulée de l'Italie, pays limitrophe et le plus touché en Europe.

Pour faire face à cette accélération, "tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné seront annulés", a indiqué M. Véran, comme la dernière journée du Salon de l'agriculture dimanche à Paris. Idem pour les rassemblements "en milieu ouvert quand ils conduisent à des mélanges avec des populations issues de zones où le virus circule possiblement". Le semi-marathon de Paris, qui devait avoir lieu dimanche, correspond à cette définition : l'événement rassemble généralement 40.000 participants, et beaucoup de monde en plus sur les trottoirs.

"Ces mesures sont provisoires et nous serons sans doute amenés à les faire évoluer, ce sont des mesures contraignantes et nous souhaitons paradoxalement qu'elles durent un peu, parce que cela voudrait dire que nous parvenons à contenir la propagation du virus", a ajouté Olivier Véran. "A ce stade il n'y a pas lieu d'envisager l'annulation des élections municipales" prévues les 15 et 22 mars, a-t-il ajouté également.

Les catholiques invités à la prudence !

Des mesures encore plus strictes ont été prises pour les deux principaux foyers de propagation du virus en France, l'Oise et la commune de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie. Dans ce département et cette commune, "tous les rassemblements seront interdits jusqu'à nouvel ordre".

Dans les cinq communes de l'Oise particulièrement touchées (Creil, Crépy-en-Valois, Vaumoise, Lamorlaye, Lagny-le-Sec) ainsi qu'à la Balme, "nous recommandons aux habitants de limiter leurs déplacements" et "si possible recourir au télétravail", a précisé M. Véran. Les messes y sont donc interdites jusqu’à "nouvel ordre".

Enfin, dans la lutte contre le coronavirus, le diable peut se nicher dans les détails : l'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a demandé aux prêtres de vider les bénitiers et de refuser de donner l'hostie dans la bouche des communiants.

(Avec AFP)