Emmanuel Macron le 2 mai à Amboise et à Chambord

5 mars 2019 à 5h18 par Rédaction Alouette

<p>Le Chef de l'Etat et son homologue italien célébreront ensemble les 500 ans de la mort de Lénoard de Vinci.</p>

ALOUETTE

Le pr�sident fran�ais, Emmanuel Macron, a lanc� dimanche � la t�l�vision italienne un vibrant appel � la r�conciliation et annonc� que son homologue italien Sergio Mattarella viendrait c�l�brer le 2 mai � Amboise (centre de la France) les 500 ans de la mort de L�onard de Vinci.

"Il y a eu des propos excessifs. Il y a des p�rip�ties aujourd'hui. Moi, je pense que ce que nous devons � nos peuples, � notre histoire et � l'Europe, c'est d'aller au-del', a plaid� M. Macron � propos des tensions entre Rome et Paris qui ont culmin� le mois dernier avec le rappel provisoire de l'ambassadeur de France en Italie.

Pour illustrer cela, M. Macron a annonc� qu'il recevrait M. Mattarella le 2 mai � Amboise et � Chambord, deux c�l�bres ch�teaux de la Loire, "avec la jeunesse fran�aise et italienne". "On parlera d'avenir et d'Europe", a-t-il ajout�.

Les deux pr�sidents entendent aller "au-del� des malentendus qui peuvent parfois s'installer dans la vie politique ou �conomique et qui sont, pour moi, secondaires", a assur� M. Macron, sans jamais mentionner le chef du gouvernement Giuseppe Conte ou aucun autre dirigeant italien.

A l'exception d'une question sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin -- dont il a soulign� l'importance --, le pr�sident fran�ais s'est gard� d'�voquer les sujets qui f�chent comme le soutien des dirigeants populistes italiens au mouvement de protestation des "gilets jaunes" ou la fusion entre les Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) et Fincantieri.

Il a en revanche longuement parl� de son amour pour l'Italie, de ses voyages, de ses lectures, de Naples...

"Il y a tant et tant de Fran�ais qui aiment l'Italie et d'Italiens qui aiment la France et les Fran�ais. Mais du coup, on a presque oubli� qu'il fallait continuer � apprendre � se comprendre", a-t-il expliqu�.

"Je ne sous-estime aucune des difficult�s du quotidien et des impatiences, mais je crois qu'entre nos pays, il y a toujours eu et il y a du coeur, c'est-�-dire de l'amiti�, de l'amour", a-t-il ajout� dans un message final face � la cam�ra.

En Italie, l'interview a provoqu� la pol�mique avant m�me sa diffusion: M. Macron a choisi de r�pondre � Fabio Fazio, l'une des b�tes noire du vice-Premier ministre Matteo Salvini (extr�me droite) et des souverainistes qui le consid�rent comme l'arch�type du journaliste "bobo".

Pendant l'entretien, le pr�sident fran�ais a aussi cit� l'�crivain Roberto Saviano, l'un des critiques les plus virulents de M. Salvini, et fustig� "la simplification du message de certains nationalistes".

"Aucun pays, aucun en Europe, ni l'Italie, ni la France, ne r�glera les probl�mes qui sont les siens en s'opposant aux autres pays europ�ens et en se repliant juste sur le plan national", a-t-il insist�.

Il a aussi estim� que l'Europe �tait comme "sur un volcan": "Il y a des gens qui pensent qu'on peut continuer comme des somnambules, comme si de rien n'�tait, ils seront ensevelis. Moi, j'ai la conscience du tragique (...). Nous avons besoin d'une vraie pens�e philosophique complexe et de r�inspirer nos peuples".

(avec AFP)