Jean-Yves Le Drian "très mobilisé" pour l'avenir de la Fonderie de Bretagne

8 juin 2020 à 9h00 par Alexandrine DOUET

Le ministre des Affaires étrangères et ex-Président de la Région Bretagne s'est exprimé lors d'un entretien accordé au journal « Le Télégramme ».

ALOUETTE
Crédit: Archives

« C'est un processus que je suis très attentivement » a assuré Jean-Yves le Drian tandis que l'avenir de la Fonderie de Bretagne, propriété de Renault est menacé.

Menace de démission

« Car derrière les salariés de Caudan, il y a une histoire, des combats et des collectivités qui ont beaucoup investi dans ce site, dont la région Bretagne. Je crois en l'avenir de cette entreprise et suis très mobilisé sur ce projet », a ajouté le ministre.

Selon le « Canard Enchaîné » la semaine dernière, Jean-Yves Le Drian aurait menacé de quitter le gouvernement le 28 mai dernier, en cas de fermeture de la Fonderie de Bretagne implantée à Caudan. Le ministre aurait fait pression sur Matignon. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire aurait ainsi demandé à Renault de renoncer à fermer les grilles de l'entreprise morbihannaise. Au lendemain d'un comité social et économique à Lorient, les 385 salariés avaient appris que leur usine ne serait pas fermée, ni vendue. Et pourtant 48 heures plus tard, le patron du constructeur automobile français, Jean-Dominique Senard remettait le couvert en déclarant que selon lui La Fonderie de Bretagne n'avait pas « vocation à rester dans le groupe Renault ». Rappelons que le groupe Renault a annoncé en février un vaste plan d'économie d'économie de 2 milliards d'euros.

Le 25 mai dernier, les salariés de la Fonderie étaient appelés à se mettre en grève. L'activité de l'usine a repris une semaine plus tard, le 2 juin dernier.