Nature : une nouvelle espèce de crustacés découverte dans la gueule d'un requin-baleine

28 octobre 2019 à 10h21 par Arnaud Laurenti

Des chercheurs japonais ont découvert une nouvelle espèce de gammaridés, une sous-espèce de crustacés, dans la gueule d'un requin-baleine.

ALOUETTE
Le "podocerus jinbe" mesure à peine 5 mm.
Crédit: Hiroshima University

Ce n'est pourtant pas l'endroit le plus hospitalier de la planète : pourtant, une espèce de petit crustacé semble avoir élu domicile dans la gueule d'un requin-baleine.

Capable de supporter un environnement extrême

Les gammaridés, auquel appartient le "podocerus jinbe" découvert par les chercheurs japonais, sont capable de vivre dans des environnements extrêmes comme dans des lacs de haute montagne et dans le fond des océans.

"Ces créatures, qui mesurent généralement de trois à cinq centimètres, sont incroyables parce qu'elles peuvent vivre dans des environnements tellement différents", a déclaré lundi à l'AFP Ko Tomikawa, un chercheur de l'université de Hiroshima, lequel ne s'attendait toutefois pas à en trouver squattant la gueule d'un requin-baleine.

La nouvelle espèce, qui a été baptisée "podocerus jinbe" -- du nom japonais du requin-baleine (jinbe zame) -- est de couleur brune et fait à peine 5 millimètres de long environ, avec des pattes poilues pour mieux attraper des micro-organismes, a expliqué le chercheur.

"La bouche d'un requin-baleine est probablement un bon habitat" pour ce petit crustacé, a-t-il estimé, car "de l'eau de mer fraîche, nécessaire pour lui permettre de respirer, y pénètre régulièrement, tout comme de la nourriture".

"Cela lui fournit aussi un lieu sûr, sans prédateur", a encore relevé le chercheur, qui avait été sollicité pour examiner un requin-baleine d'un aquarium de l'archipel d'Okinawa (sud-ouest du Japon).

Environ un millier de ces petits crustacés ont été trouvés dans les fentes branchiales de la gueule de ce géant des mers, qui outre leur fonction respiratoire servent à filtrer l'eau pour en séparer la nourriture.

jinbe-doronomi-1-hiroshima-university-japon.jpg (99 KB)

(avec AFP)