Notre-Dame-des-Landes : du bio sur l'ancienne ZAD

1er octobre 2019 à 5h24 par Alexandrine DOUET

Près de deux ans après l'abandon du projet d'aéroport, un accord a été trouvé au sujet des terres appartenant au département de la Loire-Atlantique.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Pas d'aéroport mais du bio

Les agriculteurs historiques du site qui devait accueillir un aéroport, ainsi que les anciens zadistes étaient invités par le conseil départemental de la Loire-Atlantique à régulariser leurs situations en signant des clauses environnementales.

24 baux ont ainsi été signés pour l'exploitation des terres. Pour 23 d'entre eux, il s'agit de projets portant sur du maraîchage ou de l'élevage en agriculture bio ou raisonnée.
300 hectares au total pour l'agriculture biologique.

A noter que 200 hectares sur les 1.450 que compte l'ex-ZAD restent toujours la propriété de l'État.
Des terres que le Président du Conseil départemental, Philippe Grosvalet promet d'acquérir progressivement.