Reprise des mariages dès le 19 mai : “Les mariés sont prêts à suivre les règles”

5 mai 2021 à 9h15 par Antoine Judit

Baudoin Allizon est organisateur de mariage au Château de Vair, en Loire-Atlantique. Il est très heureux de pouvoir à nouveau accueillir des mariés, malgré des conditions sanitaires strictes. Cependant, même si les mariages peuvent reprendre dès le 19 mai, l'activité restera assez calme avant un premier assouplissement des mesures, le 9 juin. Entretien.

ALOUETTE
Image d'illustration
Crédit: Unsplash

Particulièrement touché par la crise sanitaire, le secteur du mariage semble entrevoir la lumière au bout du tunnel. Le calendrier du déconfinement a permis aux professionnels du secteurs d'avoir des dates. Reprises des mariages le 19 mai, avant un éventuel assouplissement des mesures d'accueil, le 9 juin puis le 30 juin. 

Est-ce que cette reprise des mariages à partir du 19 mai prochain est enfin une bonne nouvelle pour vous/? 

C’est une très bonne nouvelle/pour tous les professionnels de l’événementiel et puis aussi pour nos clients. Nos mariés qui n’en peuvent plus de ces reports, des attentes, de ces hauts et bas qu’on a vécu depuis 15 mois. C’est vraiment une excellente nouvelle/! 

Comment se sont passés ces 15 derniers mois pour vous/? 

Nous avons été les premiers impactés par cette crise à travers les confinements mais aussi, dès l’été 2020, avec l’interdiction des soirées dansantes, et enfin au mois d’octobre, avec une jauge à trente personnes. Pour tous les professionnels, on a eu des baisses de chiffre d’affaires en 2020 qui étaient de moins 70 à moins 90%. Sans compter toute la problématique de la gestion des événements qui étaient dans nos lieux et sur lesquels on avait énormément de mal à convaincre les mariés de reporter. Toutes les problématiques de reports de réceptions, de demander le port du masque, de demander des contraintes sanitaires auxquelles on n’était pas habitués et qui étaient extrêmement difficiles à faire accepter. Cette année 2020 a donc été extrêmement difficile sur l'aspect émotif mais aussi financier pour toutes nos entreprises. 

Quel est le bilan des mariages au Château de Vair en 2020/? 

On a eu sept annulations de mariages en 2020, 70 reports et on a pu en faire une vingtaine. Mais globalement, par rapport à l’ensemble de la profession, on a eu peu d’annulations parce qu’on avait une politique commerciale qui était extrêmement souple par rapport à nos mariés. On ouvrait tout notre calendrier sur les années à venir sans problème et ce n’est pas le cas de toutes les entreprises de l’événementiel pour différentes problématiques.

Pour exemples, certains bloquaient à certaines années et d’autres ne souhaitaient pas de reports au-delà de deux ans parce que ça engendre des conséquences qui sont importantes. Je crois qu’en cette période compliquée, l’empathie est extrêmement importante. On ne se marie qu’une fois dans sa vie et c’est un événement dont on va se souvenir tout au long de sa vie. C’est donc pour ça qu’on a souhaité leur offrir toutes les possibilités qu’ils voulaient. 

Y a-t-il beaucoup de personnes qui se sont mariées et qui ont reporté la réception autour du mariage à plus tard/? 

Oui, c’est arrivé. Il y a des personnes qui se sont mariées en 2020 pour des raisons personnelles et qui vont reporter l’événement festif à plus tard. 

Avez-vous déjà des réceptions qui sont programmées pour ces premières semaines à partir du 19 mai/? 

Il y en a, mais très peu, c’est environ 5 à 10% des réceptions que l’on fait traditionnellement à cette période. On a deux mariages en phase 1 (entre le 19 mai et le 9 juin) qui vont se faire dans les conditions et les mesures sanitaires qui sont préconisées par le Gouvernement. C’est-à-dire tout en extérieur. Ce sont des mariés qui ont déjà reporté à plusieurs reprises et qui n’en peuvent plus psychologiquement. Ils ont envie de se marier et c'est un événement de très important pour eux. Et finalement, quelques soient les conditions sanitaires, ils sont prêts à les accepter. Ce n’est pas le cas évidemment de 90% des mariés qui ont souhaité reporter à une date ultérieure. 

Ces règles sanitaires auxquelles vous êtes confronté sont compliquées pour vous/? 

Oui, c’est difficile. On fera avec forcément, on n’a pas le choix. Les règles sont simples, tout doit se passer en extérieur. Les chapiteaux y compris à condition que les côtés soient ouverts pour qu’un brassage d’air soit important. Ça demande évidemment des frais supplémentaires pour louer un chapiteau mais on est tellement heureux de pouvoir ouvrir à partir du 19 mai. C’est une telle délivrance pour tous les professionnels, comme pour les mariés. On est très contents. 

Que pourrez-vous faire à l’intérieur du château/? 

Alors, à l’intérieur, on ne peut faire qu’une seule chose, c’est être assis dans un fauteuil et discuter. La jauge est à 35%, intérieur comme extérieur. La jauge d’accueil d’un lieu de réception, elle est définie par une commission de sécurité en fonction des sorties de secours, de l’espace dont on dispose... Chaque lieu de réception a sa jauge, et en fonction de cette jauge, on va pouvoir définir un pourcentage d’accueil qui est donc de 35% en phase 1. Et donc à l’intérieur, on aura le droit de s’assoir et de discuter, mais tout le reste doit se passer à l’extérieur, au mieux sous un chapiteau. 

Et si possible avec du beau temps/? 

Oui, c’est pour ça que le chapiteau va être essentiel pour préserver la réception. Parce qu’une fois qu’on a lancé les derniers préparatifs et envoyé les faire-part, c’est évidemment compliqué de revenir en arrière. Le chapiteau est donc indispensable pour pouvoir réaliser un mariage dans cette période. 

Qu’en est-il du port du masque lors de ces réceptions/? 

Le port du masque est obligatoire sur toutes les phases et jusqu’au 30 juin. Le port du masque, le protocole sanitaire, le respect des gestes barrières et le respect du protocole de la restauration sont obligatoires. Mais toutes ces contraintes-là n’empêchent pas de se marier. C’est-à-dire que le port du masque, contrairement à l’année 2020, est beaucoup plus accepté aujourd’hui. Je ne crois pas qu’on puisse enlever le masque en 2021. On a des mariés qui nous ont dit qu’ils ne voulaient pas se marier avec un masque et je leur ai conseillé de reporter. On peut le retirer au moment de dîner quand on est assis, comme dans un restaurant. Ce sont les mêmes règles et c’est la même chose dans nos lieux de réception. 

Et concernant la soirée dansante/? 

Pareil pour la soirée dansante. Il y a eu quelques soirées dansantes qui ont été faites l’année dernière avec port du masque et ça s’est plutôt bien passé. C’est ça ou on n’en fait pas. Dans un mariage, il y a quand même quelque chose qui est particulier à cette fête, c’est que vous avez deux familles qui sont réunies. 

Je n’ai jamais entendu un marié qui n’avait pas conscience que si son grand-père ou sa grand-mère partaient en lit de réanimation à la suite du mariage, il en n’aurait pas une responsabilité morale terrible. Quand on leur annonce ces règles, ils les suivent moralement, au-delà de la loi, au-delà des contraintes sanitaires, au-delà de ce que dit le gouvernement, c’est d’abord une responsabilité morale. Oui, il y a un risque quand on rassemble des personnes, on le sait tous, et on se protège de ce risque grâce à ces éléments-là. Aujourd’hui, les mariés ont vraiment conscience de ça et ce n’était pas le cas l’année dernière parce que c’était nouveau. Cette année, c’est devenu une habitude, même si on souhaite ne plus porter le masque et revivre totalement normalement. Aujourd’hui, c’est accepté par respect pour les autres. C’est une notion qui est importante et qui est globalement, intégrée par tout le monde. 

Tout le monde va donc devoir s’adapter/? 

Oui, on doit s’adapter. On est encore dans une période d’adaptation, surtout entre le 19 mai et le 9 juin, c’est la première phase. Ce qui serait terrible, à l’inverse, ce serait qu’on ne respecte plus rien, qu’on ait des foyers infectieux partout et qu’on soit obligé de reconfiner cet été. Ça serait la pire des choses pour nous. Nous, en tant que professionnels, on fait attention, on sensibilise nos mariés et leurs invités. Oui, on doit se respecter les uns les autres, oui, il y a des contraintes mais on peut rouvrir, on peut refaire la fête et on y va progressivement. 

C’est un grand bonheur pour nous tous de pouvoir rouvrir nos lieux et d’accueillir des fêtes. 

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)