Vanille : polémique à Angers sur le rôle des services sociaux

12 février 2020 à 14h52 par Denis Le Bars

Le président du conseil départemental du Maine-et-Loire dénonce des "propos indécents" de la part de l'avocat de Nathalie Stéphan.

ALOUETTE
Christian Gilet
Crédit: Archives

Dans une interview accordée ce mercredi au quotidien le Courrier de l’Ouest, Maître Olivia Brulay l’avocate de la mère de Vanille s’exprime au sujet du rôle des service sociaux. A la question « Pensez-vous que le système éducatif a dysfonctionné », l’avocate répond « Ca dépend. Jusqu’en décembre, le système éducatif a très bien fonctionné (…). Ce qui a profondément perturbé Nathalie Stéphan, c’est qu’on lui dise qu’elle devait quitter le centre maternel. Elle a vécu ça comme une peine : elle perdait son toit, et donc ses droits sur sa fille ». Evoquant par la suite des questions financières, Maître Brulay estime que l’Aide Sociale à l’Enfance a « dysfonctionné ».

Des "propos indécents"

Christian Gillet n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié cet après-midi le président du Conseil Départemental du Maine-et-Loire évoque « des propos indécents dans ce contexte de deuil ».

Les explications de Christian Gillet dans le détail : « Les services de l’aide sociale à l’enfance ont maintenu Mme Stephan au centre maternel pendant neuf mois à titre dérogatoire, précisément pour tenir compte de sa fragilité et des démarches de relogement en cours. Aucune contingence financière n’a prévalu dans quelque décision que ce soit. Ces dispositions dérogatoires ont toujours été dictées par l’intérêt premier de Vanille, qui était elle-même placée depuis mai 2019 en famille d’accueil ».

 « Rien ne laissait présager dans l’observation quotidienne du comportement de Mme Stéphan que la perspective d’un changement d’hébergement, dont elle avait été informée dès avril 2019, constituerait un tel facteur de déstabilisation, d’autant plus que des solutions alternatives au centre maternel lui étaient offertes ».