La mosquée de l'imam salafiste de Brest, "fermée" selon François Hollande, reste ouverte

15 avril 2016 à 10h52 par Rédaction Alouette

<p>La mosquée Sunna de Brest, où exerce l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa, a rappelé vendredi qu'elle n'avait pas été fermée, contrairement à ce qu'a affirmé jeudi soir le président François Hollande dans l'émission "Dialogues citoyens".</p>

ALOUETTE

La mosqu�e Sunna de Brest, o� exerce l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa, a rappel� vendredi qu'elle n'avait pas �t� ferm�e, contrairement � ce qu'a affirm� jeudi soir le pr�sident Fran�ois Hollande dans l'�mission "Dialogues citoyens".

"Le chef de l'Etat a affirm� � tort que la mosqu�e Sunna de Brest, o� l'imam intervient ponctuellement, a �t� 'ferm�e'. Il s'av�re pourtant que ce n'est pas le cas et nous pensons que le chef de l'Etat a d� �tre mal renseign� ou qu'il s'est tromp� de dossier (et de mosqu�e)", indique le Centre culturel et islamique de Brest (CCIB), dont d�pend la mosqu�e, dans un communiqu� publi� vendredi matin sur son site internet et partag� sur la page Facebook de Rachid Abou Houdeyfa.

La mosqu�e Sunna avait cependant fait l'objet d'une perquisition administrative en novembre 2015, quelques jours apr�s les attentats de Paris. Aucune interpellation n'avait alors eu lieu dans le cadre de cette op�ration.

Le jeune pr�dicateur � la longue barbe, et dont les vid�os au contenu int�griste ont plusieurs fois fait pol�mique sur les r�seaux sociaux, avait d�nonc� les attentats survenus � Paris, les qualifiant dans une vid�o d'actes "barbares" et assurant qu'ils n'ont "rien � voir avec l'islam".

Le CCIB pr�cise aussi que l'imam "n'est dans aucune proc�dure judiciaire, par cons�quent, l'imam de Brest n'est ni un partisan de la haine ni un agent de radicalisation".

Le pr�sident de la R�publique, en r�ponse � une question, avait affirm� au cours de l'�mission que l'imam "est inqui�t�, il est poursuivi et il est dans une proc�dure judiciaire. Donc nous devons lutter contre ces pr�cheurs, ces partisans de la haine qui induisent la radicalisation".

Le parquet de Brest, sollicit� par l'AFP, n'a pas souhait� confirmer ou infirmer les propos du CCIB sur l'absence de proc�dure judiciaire � l'encontre de l'imam.

Rachid Abou Houdeyfa "est un citoyen fran�ais de confession musulmane dont l'Islam s'inscrit dans l'orthodoxie classique sunnite musulmane, de tendance traditionaliste, mod�r�e, qui�tiste, pacifique et apolitique", note le CCIB.

L'imam, tr�s populaire sur la Toile o� il poste r�guli�rement des vid�os de ses pr�ches, avait provoqu� une pol�mique il y a plus d'un an quand il avait expliqu� � des enfants que celui qui �coute de la musique risque d'�tre transform� en porc.

Face � l'avalanche de r�actions, il avait ensuite affirm� que ses propos n'�taient pas � prendre "au premier degr'.

am/bar/phc

 

 

(AFP)