Les soldes d’été débutent ce mercredi 30 juin !

28 juin 2021 à 14h00 par Léanne Coste

Ce mercredi 30 juin, c’est le début des soldes d’été, pour le plus grand bonheur des commerçants. La crise sanitaire ayant mis à mal l’économie du pays, les soldes apparaissent comme un bon moyen d’écouler les invendus.

ALOUETTE
Les soldes d'été dureront 4 semaines
Crédit: Unsplash

C’est le moment pour les commerçants de retrouver leur clientèle ! Les soldes d’été commencent dans deux jours mais le géant Amazon a déjà organisé les 21 et 22 juin dernier le “Prime Day”, une gigantesque opération promotionnelle. Une véritable “déclaration de guerre” selon certains commerces. Selon le collectif “Sauvons nos commerçants", Amazon a quelque peu “brisé ce moment attendu par les commerces physiques pour écouler leurs stocks (...) et refaire leur trésorerie”. Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France a dénoncé l’action en parlant de “dumping”. 

"Nous ne sommes pas du tout dans le même contexte sanitaire que l'année dernière, il y a moins d'inquiétude", c'est confié Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce. "Les Français ont "envie de se faire plaisir, et de se faire beaux pour le déconfinement." poursuit-il. 

Moins d'argent pour les soldes 

Le budget des Français s’effrite de plus en plus. Selon le panéliste Kantar, de 215 euros en moyenne en 2016, il est tombé à 153 euros en 2020, soit une baisse de 41%. Les promotions captent bien plus de clients, soit 84% des Français. Ces soldes apparaissent donc comme une aubaine pour les clients tout comme les magasins physiques qui dépendent bien plus de ces opérations que les e-commerçants. Il est vrai que le basculement de la consommation quotidienne vers Internet a été accéléré par la crise sanitaire. 

Cela ne devrait pas gommer les disparités entre les zones où le commerce marche très bien, notamment le front ouest de la France, d'Amiens à Biarritz en passant par Le Havre ou Brest. Et celles, notamment Paris, où l'absence de touristes internationaux et de certains (télé)travailleurs pèsent sur les ventes des magasins, rendant plus pressante encore la nécessité d'accélérer sur le numérique. 

(Avec AFP)