Touraine : tout roule pour le véhicule électrique

17 octobre 2019 à 2h30 par Bastien Bougeard

Le salon de l’automobile de Tours ouvre ses portes le 18 octobre et il y sera possible de tester des véhicules électriques. Ce moyen de locomotion rencontre un grand succès en Indre-et-Loire.

ALOUETTE
Depuis 2019, 200 à 300 véhicules électriques ont été immatriculé dans une concession Renault près de
Crédit: Alouette

Ils ne font pas de bruits et pourtant, on en voit de plus en plus de véhicules électriques dans nos rues. Arrivés il y a moins de 10 ans dans les concessions, les véhicules électriques ont désormais leur place dans les différents salons automobiles comme celui de Tours qui s’ouvre le 18 octobre. Le marché du véhicule électrique se porte plutôt bien dans cette ville ainsi qu’en Indre-et-Loire. À la concession Renault de Chambray-lès-Tours : « Environ 200 à 300 véhicules électriques ont été immatriculés ces derniers mois, selon Guillaume Paolasso le directeur de l’établissement. Ça représente 8 à 10 % de nos parts de marché et c’est un chiffre qui est en augmentation. »

Des mesures en faveur des voitures électriques

Plusieurs facteurs expliquent ce succès des véhicules électriques. Tout d’abord, les collectivités mettent l’accent sur le développement d’infrastructure à destination des véhicules électriques comme des bornes de chargements (plus de 400 en Indre-et-Loire). D’autres mesures incitatives peuvent convaincre les acheteurs de passer à l’électrique. C’est d’ailleurs ce que cherche à faire le maire de Tours Christophe Bouchet en rendant gratuit le stationnement des véhicules électriques. La région Centre-Val-de-Loire doit aussi voter ce 17 octobre une mesure visant à favoriser l’achat d’une voiture électrique ou hybride.

« La prime à la conversion a beaucoup aidé »

Depuis quelques mois, Guillaume Paolasso, le directeur de la concession Renault de Chambray-lès-Tours, constate un changement dans les habitudes des clients : « Au départ, beaucoup de collectivités locales s’équipaient en voiture électriques. Depuis maintenant quelques mois, ce sont des particuliers qui montrent leur intérêt et pour certains, ils désirent de faire du véhicule électrique la voiture qu’ils utilisent au quotidien. » Il faut dire que le contexte depuis un an est favorable. Le doublement de la prime à la conversion au moment de la crise des gilets jaunes a incité de nombreux acheteurs à passer à l’électrique. « La prime à la conversion a beaucoup aidé. Ça a été un important accélérateur de commande. »  Au mois de septembre 2019, 4200 véhicules électriques ont été immatriculé en France selon le site internet automobile propre contre 2600 en 2018 à la même époque.