Pays-de-la-Loire : le Covid toujours en hausse

19 novembre 2021 à 16h58 par Denis LE BARS

L’Agence Régionale de Santé des Pays-de-la-Loire a fait un nouveau point sur la situation régionale. Tous les indicateurs sont à la hausse.

Le Covid en forte hausse en Pays-de-la-Loire
Le Covid en forte hausse en Pays-de-la-Loire
Crédit: Unsplash

L’ARS des Pays-de-la-Loire dévoile une série de chiffres qui ne laissent guère de place au doute :  on peut véritablement parler de cinquième vague épidémique.

Le Maine-et-Loire dans le rouge

Pour preuve, les taux d'incidence. Avec une moyenne de 800 cas de contamination supplémentaires par jour, le taux régional se situe désormais au delà des 170 cas pour 100 000 habitants. Le département du Maine-et-Loire quant à lui affiche désormais un taux de 200. Pour l’ARS, on doit ce résultat aux nombreux clusters qui ont été recensés, en particulier dans les Mauges et chez les plus de 65 ans. Le Docteur Pierre Blaise évoque ces bals et autres thés dansants organisés depuis la rentrée, et cite notamment les cas de ces deux voyages organisés, l’un en Espagne, l’autre sur le Rhône. A l’issue de ces deux déplacements collectifs, 42 personnes ont été testées positives au Covid. 

De plus en plus de classes fermées

Les écoles, collèges et lycées n’échappent pas au phénomène. Au 18 novembre, le rectorat de Nantes comptait 243 classes fermées (30 classes supplémentaires par jour). Les responsables de l’Agence Régionale de Santé rappellent la nécessité d’aérer régulièrement les salles de classe, en ne perdant pas de vue qu’il est parfois difficile d’appliquer cette règle compte-tenu du froid qui s'installe.

La courbe en hausse dans les hôpitaux

A l’image de ce que nous avons vécu lors des quatre vagues précédentes, la hausse de l’épidémie se confirme aussi à travers les hospitalisations. A ce jour, 332 malades du Covid sont hospitalisés dans différents établissements de la région. 73 d’entre eux occupent les lits en soins intensifs. Cela représente 30 % des lits des services de réanimation. Une épidémie de grippe, si elle devait se déclarer, pourrait compliquer la situation.